L'école primaire Jardin-des-Lacs de Saint-Denis-de-Brompton a fait l'objet d'un agrandissement qui a été inauguré en 2014, mais l'école de 390 élèves est déjà à l'étroit.

Agrandissement d'écoles : déception à Saint-Denis-de-Brompton

Le maire de Saint-Denis-de-Brompton, Jean-Luc Beauchemin, se montre déçu de constater que l'école primaire Jardin-des-lacs ne fait pas partie des écoles ciblées pour un agrandissement par la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).
La Municipalité et la CSRS ont eu des pourparlers pour un projet conjoint de gymnase avec deux locaux qui pourraient servir à la fois aux élèves et à la communauté.
Jardin-des-Lacs a fait l'objet d'un agrandissement qui a été inauguré en 2014, mais l'école primaire de 390 élèves est déjà à l'étroit. Le gymnase doit servir de cafétéria le midi. Selon M. Beauchemin, des projets domiciliaires pourraient faire gonfler le nombre d'élèves; 300 résidences pourraient voir le jour sur le territoire au cours des prochaines années.
Directeur adjoint à l'administration à la CSRS, Carl Mercier note que dans les cas d'agrandissement, ce sont les projections de clientèle qui sont considérées, et non les projets de développement urbain.
« C'est sûr qu'il y a un besoin de locaux, mais il faut que l'on fonctionne avec les prévisions du Ministère », souligne-t-il. Celles-ci prévoient 40 élèves de plus d'ici cinq ans.
« Ils ont peut-être eu l'espérance qu'il y aurait une demande d'agrandissement à cause du développement domiciliaire », note M. Mercier, qui indique que la Municipalité devait revenir à la CSRS et qu'elle n'était pas tout à fait prête à la fin de l'été.
« La commission scolaire m'avait dit qu'on était sur la prochaine liste », estime le maire de Saint-Denis-de-Brompton. « On avait un an de jeu; j'aurais espéré être sur la liste. »
Saint-Denis et ses citoyens se sont mobilisés, dans le passé, pour garder les élèves sur le territoire, avant d'obtenir un agrandissement.
En entrevue mardi, le président de la CSRS Gilles Normand et M. Mercier ont expliqué qu'une classe de ce quartier (désignant le territoire de plusieurs écoles, dont Jardin-des-Lacs) doit demeurer libre d'ici cinq ans, de sorte qu'il n'y a pas de déficit de locaux pour l'ensemble du territoire.
Au sein de l'organisation scolaire, Jardin-des-Lacs fait partie du territoire des écoles Boisé-Fabi, des Aventuriers et de la future école C, notamment, qui doit être prête à la rentrée scolaire 2018. Le Ministère n'accorde pas d'agrandissement à moins qu'il y ait au moins quatre locaux manquants dans un quartier, selon la CSRS.
Le projet commun entre la CSRS et la Municipalité pourrait tout de même cheminer et être déposé lors des prochaines demandes soumises au Plan québécois des infrastructures (PQI). Ces demandes sont généralement déposées une fois par année.
La CSRS a déposé des demandes d'agrandissement pour les écoles primaires la Source-Vive d'Ascot Corner, Desjardins et Hélène-Boullé. Elle demande aussi l'ajout d'un gymnase pour les écoles primaires Sylvestre et des Avenues. L'option d'ouvrir des classes de maternelle quatre ans avait été envisagée pour Desjardins et Sylvestre, mais cette possibilité a été écartée faute de place. L'organisation caresse également un important projet d'agrandissement du Centre de formation professionnelle 24 -Juin, dont les deux phases sont estimées à 67 M$. Avec les projets espérés pour les écoles primaires, la valeur des projets atteint environ 87 M$.
Par ailleurs, la CSRS a enclenché le processus de sélection pour dénicher la personne qui succèdera à André Lamarche à la direction générale. Celle-ci devrait être connue en novembre. M. Lamarche doit quitter l'organisation à la fin de l'année scolaire.
L'école de l'Arc-en-ciel de Saint-François-Xavier-de-Brompton a besoin d'un gymnase
L'école primaire de l'Arc-en-ciel de Saint-François-Xavier de Brompton a besoin d'un gymnase pour ses quelque 200 élèves.
La Commission scolaire des Sommets (CSS) a déposé une demande pour l'ajout d'un gymnase dans cet établissement, qui n'a pas d'espace consacré aux cours d'éducation physique.
« L'éducation physique se fait dans deux locaux classes, desquels on a abattu un mur mitoyen. Ce n'est pas extraordinaire pour faire de l'activité physique », commente la directrice générale de la CSS, Édith Pelletier.
« C'est une demande qui a été faite par les élèves et le conseil d'établissement l'an dernier. On a fait l'analyse de cette demande-là. »
Le projet est évalué à environ 6 M$ selon une estimation sommaire. La CSS s'attend à avoir des nouvelles de Québec, qui finance les projets de construction, au printemps.
L'Arc-en-ciel compte deux pavillons. La clientèle est relativement stable et les projections prévoient une très légère hausse dans les cinq prochaines années.
L'organisation a reçu le feu vert au début de l'été pour un agrandissement, dont l'ajout d'un gymnase, à l'école St-Pie-X, à Magog, où les élèves étaient à l'étroit. La CSS estime que les nouvelles installations pourraient être prêtes en janvier 2019.