Depuis 1993, Action Saint-François libère les cours d’eau des déchets. Sur la photo : le directeur biologiste Robert Léo Gendron et la chargée de projet Sarah-Claude Bergeron-Lafontaine.

Action Saint-François entreprend sa 26e saison d’activité

Action Saint-François poursuivra le ménage des cours d’eau de l’Estrie cet été. Depuis le début des opérations il y a 26 ans, 500 tonnes de déchets ont été retirées des milieux humides, marais et berges.

Les bénévoles d’Action Saint-François ne ramassent pas seulement des bouteilles de boisson gazeuse et des emballages de barres tendres, assure le directeur biologiste de l’organisme, Robert Léo Gendron. « Il y a beaucoup de morceaux d’autos. On retrouve des morceaux, des pneus et même la carcasse de l’auto au complet. On les coupe en morceaux ou on la soulève avec une grue pour la mettre dans un conteneur », affirme le directeur.

« Tout ce que l’humain a fait, on l’a trouvé, poursuit-il. Du bas-culotte à la balle de golf en passant par les électroménagers et les poupées, on n’a pas mal tout vu! On trouve des déchets des années 1930 à 1970. On a déjà trouvé la plaque d’un véhicule datant de 1934. On en a fait une exposition qui s’est appelée Déchets d’œuvre et des ordures. »

Avant les années 1990, l’environnement n’était pas à la mode chez les Québécois. Les milieux humides n’étaient pas une priorité. « Les gens considéraient que ça n’avait pas de valeur. On ne pouvait pas faire d’agriculture ni construire de maisons dans un marais. Le concept de dépotoir et de lieu d’enfouissement n’existait pas. C’est quand le plastique est arrivé que la production de déchets a commencé », rappelle la chargée de projet Sarah-Claude Bergeron-Lafontaine.

Programmation

Action Saint-François poursuivra son travail cet été. En Estrie, l’organisme exécutera trois activités de nettoyage dans le Canton d’Hatley, six à Windsor dans la rivière Watopeka, et 16 dans la ville de Sherbrooke sur neuf sites différents. Les opérations de nettoyage se feront tous les samedis matin de 7 h 45 à midi.

L’organisme rappelle également sa disponibilité à aider les citoyens habitant sur le bord de l’eau pour revitaliser leurs berges. Les riverains, qui doivent avoir revitalisé leurs berges avant le 31 octobre 2018, peuvent entrer en contact avec Action Saint-François pour connaître les tarifs.

De plus, une série de conférences sur la protection de l’eau et de l’environnement aura lieu à l’automne. Les thèmes ne sont pas encore connus.

Plus d’information est disponible sur le site web d’Action Saint-François au www.asf-estrie.org ou sur la page Facebook de l’organisme.