Les citoyens présents à la séance d’information concernant le Quartier Sainte-Famille ont pu voir des maquettes du projet en plus d’une vidéo intégrant les bâtiments projetés à l’environnement actuel de la rue Galt Ouest.

Accueil favorable au Quartier Sainte-Famille

Le projet de Quartier Sainte-Famille, qui prévoit l’ajout de 23 bâtiments sur le terrain entourant le couvent Mont-Sainte-Famille, sur la rue Galt Ouest, soulève un certain enthousiasme. Si la séance d’information organisée par le promoteur a permis d’attirer environ 150 personnes, mardi, les citoyens présents y sont surtout allés de suggestions pour améliorer les aspects de transport durable et de vie de quartier du projet.

Évalué à 70 M$, le concept des Services First Immobilier suggère la construction de 350 à 450 appartements de tous types, du logement abordable au duplex, en plus de 15 000 pieds carrés de commerces de proximité, de quelques bureaux, d’une placette publique et d’une piste multifonctionnelle reliant la rue du Montagnais à la rue Lalemant. La Maison générale des sœurs de la Sainte-Famille serait transformée en appartements, mais demeurerait le bâtiment phare du quartier.

Lire aussI: Projet de 70 M$ au Mont-Sainte-Famille (vidéo)

Une réserve naturelle en pleine ville

Luc Larochelle: Un départ constructif

« Pourquoi les bâtiments plus hauts ne sont pas placés davantage à l’arrière du projet? Et connaissez-vous le taux d’inoccupation à Sherbrooke? De nouveaux logements sont-ils nécessaires? » a demandé une citoyenne.

« Nous travaillons avec des analystes de marché. Il y a quelque chose dans le taux d’inoccupation qui relève de la qualité du parc immobilier. Y a-t-il de l’intérêt pour un site de qualité comme on propose? C’est ce que les études laissent croire. Ce qui est important, c’est que la Maison générale demeure le bâtiment le plus important. On ne veut pas mettre des bâtiments plus hauts derrière pour qu’ils attirent l’attention », répond Matthieu Cardinal, un des promoteurs du projet.

 Matthieu Cardinal

L’architecte Serge Marchand a d’ailleurs expliqué l’idée de procéder par contraste plutôt que par imitation de la Maison générale pour le concept architectural. « Nous voulons laisser toute la place à l’ancien couvent. Nous ne voulons pas donner une mauvaise lecture aux gens qui regardent en produisant des bâtiments identiques. »

« On veut augmenter la densité de population au centre-ville, mais on propose 350 à 450 logements sur Galt Ouest. N’y a-t-il pas une contradiction dans ce projet », a demandé une citoyenne.

« Nous visons une requalification du secteur et nous pensons que le marché peut absorber ces nouveaux appartements. Nous réfléchissons au créneau de chacune des zones pour ne pas nous cannibaliser. Au centre-ville, on vise une plus grande portée économique, un quartier d’entrepreneurs », répond le conseiller Vincent Boutin, président du comité consultatif d’urbanisme.

Circulation automobile

À l’affirmation qu’il y a beaucoup de routes sur le terrain, le promoteur répond qu’il y aura 46 % d’espaces verts alors que la norme se situe à 20 %. Dans le même sens, la Ville achèterait un terrain de quatre hectares à annexer au parc du Mont-Bellevue.

Les problèmes que pourrait engendrer la circulation automobile au coin des rues Galt Ouest, Marie-Léonie et Jean-Paul-II ont été soulevés. Plus tôt cette semaine, Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, ne s’inquiétait pas. « La rue Galt à cet endroit est sous-utilisée. Nous n’avons pas de problème de congestion. Nous sommes capables de prendre beaucoup plus de circulation que ce qu’il y a actuellement. »

Les entrées et sorties du projet seraient alignées avec les axes déjà existants.

Une dame a entre autres voulu connaître la couleur des futurs bâtiments en notant que les nouvelles constructions sont souvent foncées et contribuent à attirer la chaleur. « Est-ce qu’il y aura de la culture sur les toits? », a-t-elle aussi demandé.

« Les immeubles seront principalement de couleur claire avec des accents de bois. Les toitures seraient blanches pour ne pas attirer la chaleur. Il est possible qu’il y ait des bacs à fleurs à quelques endroits et les commerçants auront des terrasses sur le toit qui pourront contenir de la végétation », a indiqué Serge Marchand.

Invité à être plus innovant par la candidate de Québec Solidaire Christine Labrie, M. Cardinal a rétorqué que le fait de désenclaver le campus universitaire avec le transport durable était une grande innovation.

La rencontre d’information survenait avant même le dépôt d’un projet à la Ville de Sherbrooke. Le réel processus décisionnel, qui nécessite une approbation du comité consultatif d’urbanisme et du conseil municipal, en plus de la tenue d’une consultation publique, est attendu au cours des prochains mois.