Lorsque la famille Lallement a pris la décision d'accueillir pour un séjour de deux mois la Biélorusse Alina Haduntsova, elle était loin de se douter de tous les impacts positifs que leur geste entraînerait. Sur la photo, Édouard Lallement, Alina, Laeticia Lallement, et Andréanne Rousseau. À l'arrière les parents Thierry Lallement et Marie-Josée Hotte.

Accueil d'une enfant de Tchernobyl : un enrichissement mutuel

Lorsque la famille Lallement a pris la décision d'accueillir pour un séjour de deux mois la Biélorusse Alina Haduntsova, elle était loin de se douter de tous les impacts positifs que leur geste entraînerait.
Grâce à ce séjour en sol canadien, la fillette biélorusse de 10 ans, qui vit près de Tchernobyl en Ukraine, verra son calcul de radioactivité et ses chances de développer un cancer de la glande thyroïde diminuer considérablement, selon l'organisme Séjour Santé Enfants Tchernobyl.
En plus d'être grandement bénéfique pour sa santé, cela lui permet de vivre un voyage inoubliable et de développer de forts liens d'amitié. « J'aime beaucoup mon aventure au Canada, car c'est très intéressant d'être ici. C'est la toute première fois que je viens dans ce pays et je trouve ça vraiment facile de m'y habituer. Ce que j'aime le plus ici, c'est de pouvoir me baigner », raconte la jeune Biélorusse par l'entremise de la traductrice de Svetlana Yezheleva, elle aussi native de la Biélorussie.
Le séjour d'Alina se déroule merveilleusement bien jusqu'à maintenant grâce à son attitude exemplaire. « Il est évident qu'au début nous avons eu besoin d'une petite période d'adaptation à cause de la barrière de la langue. C'était donc un petit peu plus difficile de mettre les règles. Par contre, Alina comprend de plus en plus ce qu'on lui dit. Nous avons usé de toutes les techniques possibles afin de communiquer avec elle, mais nous avons surtout utilisé Google Traduction », fait valoir la mère de la famille Marie-Josée Hotte.
Apprendre grâce à Alina
En plus d'apprendre quelques mots d'une langue totalement inconnue, cela permet aux membres de la famille d'élargir leurs horizons. Une expérience que recommande Mme Hotte, elle dont la famille accueille pour la première fois un enfant de Tchernobyl. « Nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure d'un commun accord tout le monde ensemble. C'est très enrichissant et en même temps, ça permet de transmettre de belles valeurs à nos enfants par la même occasion, comme le partage et l'entraide notamment. Par la même occasion, mes enfants ont appris des mots biélorusses. Et il faut également dire que les enfants qu'on accueille chez soi sont bien attachants. »
L'écho est identique du côté des enfants de la famille, tout spécialement pour Laetitia Lallement. « Elle est tannante, mais c'est vraiment amusant quand même! J'ai toujours rêvé d'avoir une petite soeur », raconte-t-elle sur un ton moqueur.
« Je ne passe pas trop de temps avec elle, car ma soeur et Alina sont toujours ensemble. Par contre, je trouve ça vraiment agréable. Ça m'a aussi permis de découvrir l'histoire de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl », note pour sa part Édouard, le jumeau de Laetitia.
Le séjour de deux mois d'Alina arrivera à son terme à la mi-août.