Impliqué dans la cause du don d'organes depuis le décès de sa femme Andrée Duhamel en 2014, Léopold Gaudreau a voulu lui rendre hommage ainsi qu'à tous les autres donneurs d'organes et de tissus. M. Gaudreau était accompagné de ses enfants Julie et Simon, vendredi, au parc commémoratif Jacob-Nicol à Sherbrooke.

À la mémoire des donneurs d'organes

Désireux d'honorer la mémoire des donneurs d'organes et de tissus, Léopold Gaudreau et ses enfants ont fait don d'un arbre Ginkgo biloba au parc commémoratif Jacob-Nicol.
« Cet arbre signifie pour moi la vie et le prolongement du temps. Cette espèce d'arbres est là depuis 300 millions d'années et elle le sera encore longtemps. C'est un symbole de lutte et de résilience », note M. Gaudreau, un ancien directeur et sous-ministre de l'Environnement du Québec.
M. Gaudreau s'implique dans la cause des dons d'organes et de tissus depuis le décès de sa femme Andrée Duhamel en 2014. À sa mort, elle a permis de sauver plusieurs vies grâce à cette pratique. C'est d'ailleurs Mme Duhamel qui avait planté cet arbre il y a de cela une vingtaine d'années. « Ma conjointe, c'est un prétexte dans toute cette cérémonie. On l'utilise pour honorer tous les donneurs et par le fait même la générosité des gens », explique-t-il.
Puisque l'Association canadienne des dons d'organes (ACDO) a pris naissance à Sherbrooke et que M. Gaudreau a rencontré sa femme dans cette ville, il était tout naturel pour lui d'offrir le Gingko biloba au parc Jacob-Nicol. « C'est le seul parc au Québec dédié aux donneurs d'organes. De plus, le nom de ma femme est sur l'une des plaques commémoratives de l'endroit, donc c'est vraiment l'idéal que de donner cet arbre à cet endroit », estime-t-il.
Les dons en hausse
Lorsque l'ACDO a débuté ses activités, il n'y avait qu'une trentaine de donneurs annuellement à travers la province. Aujourd'hui, grâce à la vaste sensibilisation qui s'effectue, le nombre est passé à 177. « Nous disons aux gens d'accepter de donner leurs organes. Nous les incitons également à en parler à leurs proches. Encore aujourd'hui, il y a une liste très importante de personnes en attente d'un don. Même si le nombre de donneurs augmente, c'est toujours insuffisant », explique Richard Tremblay, président et fondateur de l'ACDO.
Ce sont plus de 20 000 transports et 1,8 million de kilomètres parcourus qui ont été faits pour acheminer les précieux organes à bon port. M. Tremblay profite de l'occasion pour vanter les bienfaits que peut amener cette pratique afin de diminuer la liste d'attente un peu plus à chaque année. « C'est un grand geste de générosité. C'est le plus bel héritage qu'on peut léguer. Il y a désormais 4382 donneurs d'inscrits depuis 1994. Grâce à ça, la vie se poursuit. C'est un honneur que de pouvoir accueillir la mémoire des donneurs au parc Jacob-Nicol », note M. Tremblay.