Près de 85 % des élèves du Collège du Sacré-Cœur ont trouvé leur nouvelle école pour la prochaine rentrée scolaire.

85% des élèves du Collège Sacré-Cœur relocalisées

Environ 85 % des élèves du Collège du Sacré-Cœur (CSC) ont déniché une nouvelle école pour la prochaine rentrée, selon le directeur général par intérim de l’établissement, Raymond Lepage. Un bon nombre d’entre elles continueront leur parcours au Séminaire de Sherbrooke et au Collège du Mont Notre-Dame (CMND).

« Le Séminaire et le CMND vont accueillir un grand nombre d’élèves », note M. Lepage en soulignant la proximité de ces établissements. Il énumère ensuite l’École secondaire de Bromptonville (ESB) et le Salésien, de même que des écoles publiques, au sujet du choix des élèves. 

À lire aussi: Le Collège du Sacré-Coeur a tout tenté pour éviter une fermeture

C’est la fin pour le Collège du Sacré-Cœur

Quelque 125 élèves savent donc dans quel établissement elles évolueront l’an prochain. 

Y a-t-il des niveaux pour lesquels se réinscrire ailleurs est plus difficile? « Ce qu’on voit, ce sont les élèves de secondaire trois (NDLR qui seront en quatrième secondaire l’an prochain)... C’est peut-être là où les parents doivent faire plus de démarches. Ce qui est plus compliqué, ce sont les mathématiques. » M. Lepage fait ainsi allusion aux différents profils disponibles pour les élèves de quatrième secondaire, comme les sciences naturelles ou le profil régulier. « Dans les profils, ce n’est pas toujours simple d’avoir son choix. » Le CSC compte 28 élèves en troisième secondaire.

La direction du CSC a demandé aux différents établissements de l’informer sur les places disponibles et de lui partager le nombre d’élèves qui se sont inscrites dans ces écoles, question d’avoir un portrait de la situation. Un sondage a aussi été réalisé auprès des parents. Le CSC accueille 189 élèves. 

Rappelons que le 7 février dernier, le CSC a officiellement annoncé sa fermeture le 1er juillet prochain en raison de problème de recrutement. Seulement 18 élèves étaient inscrits en première secondaire et le nombre d’élèves n’a cessé de diminuer ses dernières années. L’établissement a cependant tout tenté avant d’en arriver à fermer ses portes. Il avait décidé d’ouvrir les portes aux garçons à compter de la prochaine rentrée scolaire, en plus de tenter de fusionner avec d’autres établissements, en vain. La décision a été prise le 6 février par les membres de la coopérative : ceux-ci ont décidé de cesser les activités avant que l’établissement ne soit en mauvaise situation financière. L’annonce a créé une onde de choc chez les élèves, les parents et les membres du personnel. Près d’une trentaine de personnes perdent leur emploi. 

Bâtiment convoité

Différentes organisations ont déjà montré de l’intérêt pour acquérir le bâtiment du 155 rue Belvédère Nord. Selon M. Lepage, ce ne sont pas uniquement des organisations du milieu de l’éducation. « Si les gens sont intéressés, on est là pour écouter leurs propositions », fait-il valoir en soulignant que le CSC allait préparer le terrain pour les liquidateurs et leur acheminer les propositions. Idéalement, la direction aimerait que le bâtiment garde sa vocation éducative, mais ce n’est pas elle qui s’occupera de la transaction. À la fermeture du CSC, ce sont des liquidateurs qui seront chargés de vendre l’immeuble. Celui-ci est évalué à quelque 5,3 M$ au rôle municipal. La capacité maximale d’élèves dans l’édifice est d’environ 500. 

Qu’en est-il des enseignants touchés par ces pertes d’emplois? 

« Pour offrir un service de qualité, on a demandé aux établissements de ne pas faire d’offre d’emploi pour cette année, mais bien sûr pour l’an prochain, c’est libre à eux de le faire. Ma préoccupation, c’est de leur donner les informations disponibles (pour les autres emplois) dans les autres établissements. » 

Raymond Lepage