Simone Boily, 96 ans, et Adrien Laplume, 99 ans, ont célébré samedi leur 80e anniversaire de mariage. Ils ont renouvelé leurs voeux à la Résidence Memphrémagog, devant la mairesse Vicki-May Hamm et quelque 70 proches.

80 ans de complicité

« Oui madame! », a répondu avec assurance Adrien Laplume, 99 ans, lorsque la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, lui a demandé s'il souhaitait prendre pour épouse, pour une deuxième fois, Simone Boily, 96 ans.
Quelque 70 proches de M. Laplume et Mme Boily étaient rassemblés à la Résidence Memphrémagog samedi après-midi pour célébrer un anniversaire remarquable, celui des 80 années de mariage du couple.
Dans la salle de réception décorée de rouge et de blanc pour la Saint-Valentin, les deux nonagénaires se sont dit « oui, je le veux » avec autant de complicité qu'à leurs débuts, en renouvelant leurs voeux devant la mairesse.
« On s'est rencontrés quand j'avais 16 ans, a raconté Simone Boily. Je travaillais pour un officier de douane, et lui [Adrien], il passait souvent. Il venait me voir, il rentrait où je travaillais. »
Après quelques rendez-vous au pont de la Frontière, qui menait autrefois, comme son nom l'indique, aux lignes américaines, les deux tourtereaux ont scellé leur union. C'était en 1937.
« Ça fait plusieurs années, mais on s'aime encore comme quand on était jeunes », confiait Mme Boily.
En 80 ans de vie commune, M. Laplume et Mme Boily ont eu 12 enfants, dont deux sont décédés en bas âge. Aujourd'hui, leur famille compte 27 petits-enfants et 38 arrière-petits-enfants, qui les visitent régulièrement à la résidence.
« Même après toutes ces années, leurs regards sont encore complices et amoureux. Nous sommes très contents et très choyés de les compter parmi nos résidents », mentionnait Benjamin Demelin, directeur général de la Résidence Memphrémagog.
« Ils ont encore l'air amoureux, confirmait une des préposées aux bénéficiaires qui s'occupe du couple. Sa femme, ça paraît, parce qu'elle est toujours là pour son mari... C'est tellement beau à voir ! »
Les époux ont ainsi fêté leurs noces de chêne, un arbre qui symbolise la force, l'endurance et la longévité. Tous des qualificatifs qui représentent parfaitement bien la relation qu'entretiennent M. Laplume et Mme Boily, aux dires de leurs enfants.
« Je suis très heureuse de les voir comme ça aujourd'hui, disait leur fille Gisèle. On a eu de très bons parents, alors si on peut leur rendre ce qu'ils nous ont donné, on va être contents de le faire. »
Trois certificats honorifiques ont été remis au couple, de la part de la résidence, du premier ministre Philippe Couillard et du député d'Orford, Pierre Reid.
L'événement a également permis de souligner l'âge vénérable d'Adrien Boily, qui deviendra centenaire le 29 mars. Selon lui, cette longévité est due à rien de moins que l'amour inconditionnel de sa femme. Son secret pour vivre si longtemps ? Savourer « chaque petit moment de bonheur » entouré de ses proches.