Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

675 000 Québécois vaccinés d’ici au 31 mars

Éric-Pierre Champagne
La Presse
Article réservé aux abonnés
D’ici la fin du mois de mars, la campagne de vaccination contre la COVID-19 pourrait être terminée chez les deux premiers groupes prioritaires au Québec, soit les personnes vulnérables vivant en CHSLD et les travailleurs de la santé. Tour d’horizon.

6 millions de doses

Le Canada devrait recevoir 6 millions de doses des vaccins de Pfizer et de Moderna, s’il est approuvé, d’ici la fin de mars. Les deux vaccins nécessitent deux doses, ce qui permettrait de vacciner 3 millions de personnes. Le Québec recevra 1,3 million de ces doses, permettant de vacciner 675 000 personnes. Ce bilan pourrait évidemment évoluer à la hausse si d’autres vaccins recevaient le feu vert de Santé Canada dans les prochaines semaines. D’autres variables sont aussi à considérer, estime le ministère de la Santé du Québec, qui rappelle qu’il y a encore de « l’incertitude sur les calendriers de livraison et les quantités [de doses] disponibles ».

Des contraintes techniques

Les deux premiers groupes prioritaires, soit les personnes vulnérables vivant en CHSLD (40 000 personnes) et le personnel de la santé (325 000 personnes), devraient avoir été vaccinés d’ici fin mars. D’autres groupes pourraient aussi recevoir le vaccin, selon les circonstances. Comme le vaccin de Pfizer est plus contraignant (il doit être stocké à - 70 degrés), les autorités vont vouloir « rentabiliser les vaccins », explique Maryse Guay, professeure au département des sciences de la santé communautaire à l’Université de Sherbrooke. Le vaccin de Pfizer est livré par plateau de 975 doses. « Dans plusieurs CHSLD, on ne retrouve pas 975 personnes, même en incluant le personnel. Ça veut dire qu’on risque d’inviter d’autres employés du réseau de la santé à aller se faire vacciner là où le vaccin est stocké. »

Au prorata de la population

En principe, les doses reçues seront également distribuées dans les différentes régions au prorata de leur population. Mais encore là, les contraintes techniques posées par le vaccin de Pfizer compliquent la donne. Le Yukon, les Territoires-du-Nord-Ouest et le Nunavut ont indiqué qu’ils n’étaient pas en mesure de recevoir ce vaccin. C’est pourquoi le premier ministre Justin Trudeau a indiqué qu’une attention particulière serait accordée aux régions éloignées avec le vaccin de Moderna, qui peut être stocké à des températures standards de 2 à 8 degrés Celsius. Avec les 1,3 million de doses qu’il devrait recevoir, le Québec va lui aussi distribuer le vaccin au prorata de la population des différentes régions. Les contraintes techniques ne seront pas différentes dans la Belle Province.

Qui sera vacciné le 31 mars ?

En principe, 675 000 personnes auront reçu au moins une dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna, s’il est approuvé par Santé Canada. Mais il est difficile d’établir avec précision qui sera vacciné en date du 31 mars et dans quelles régions du Québec. Pour ne pas perdre inutilement des doses, les autorités pourraient dans certains cas vacciner des personnes qui ne figurent pas dans les deux premiers groupes prioritaires. Comme les personnes qui vivent dans des résidences privées pour aînés, par exemple. Des personnes pourraient avoir reçu les deux doses requises tandis que d’autres n’en auraient reçu qu’une seule. Le ministère de la Santé confirme que « plusieurs scénarios sont analysés en fonction des quantités qui seront livrées, des personnes à vacciner en priorité et du calendrier de la livraison ».

Les cinq premiers groupes prioritaires

• Personnes vulnérables vivant en CHSLD

• Personnel de la santé en contact avec les usagers

• Personnes vivant en résidence privée pour aînés

• Résidants des communautés isolées et éloignées

• Personnes âgées de 80 ans et plus