Ndiaga Ba
Ndiaga Ba

65 000 $ pour intervenir auprès des démunies sherbrookois

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Les Volontaires de la Sensibilisation et de l’Action Humanitaire (VOSACH) sont l’un des organismes communautaires de la région qui bénéficieront d’un apport financier de 65 000 $. Cette somme provient du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire du ministère de la Famille annoncé en avril dernier.

Le Fonds en question représente, entre autres, un investissement de 350 millions de dollars pour soutenir les Canadiens vulnérables. Il le fait alors par l’intermédiaire d’organismes de bienfaisance et d’organisations à but non lucratif qui fournissent des services essentiels aux gens dans le besoin.

Après cette annonce du gouvernement fédéral, la Croix-Rouge a donc sélectionné les organismes bénéficiaires de cette dite aide. Pour sa part, le VOSACH a obtenu un soutien financier de 65 000 $ compte tenu la situation pandémique actuelle.

Depuis sa création, le VOSACH s’est démarqué par ses actions à Sherbrooke, mais aussi à d’autres endroits dans le monde comme le Sénégal. 

Le but de cet organisme est d’intervenir concrètement afin de soutenir les personnes les plus démunies de la société et d’ainsi alléger leur souffrance. L’égalité des chances et le respect de la dignité humaine figurent parmi les principes du VOSACH à Sherbrooke.

Avec le soutien de la Fédération des Communautés Culturelles de l’Estrie (FCCE), l’organisme communautaire distribue des denrées alimentaires et des biens de première nécessité aux Sherbrookois.

« Depuis le 11 mars, notre organisme s’est largement soucié de la sécurité et du bien-être des populations plus démunis de la Ville de Sherbrooke. C’est dans cet état d’esprit que nous avions multiplié les réunions avec des partenaires comme le FCCE pour réfléchir ensemble sur les moyens à mettre en œuvre pour éviter la prolifération des cas, mais aussi anticiper les actions à mener en cas de confinement », précise le président du conseil d’administration du VOSACH, Ndiaga Ba.

Ce dernier ajoute que la fermeture de plusieurs entreprises et commerces non essentiels, un peu plus tôt cette année, a forcé l’organisme communautaire à trouver du financement supplémentaire. Une aide obtenue grâce à une partie du Fonds.

« Avec le financement de ce projet, nous avions préparé plus de 600 paniers de denrées alimentaires de première nécessité et d’équipement sanitaire », dit Ndiaga Ba.

Du riz, du macaroni, du sucre, du couscous, de l’huile, et des masques avec des bouteilles de désinfectants sont quelques exemples d’items donnés aux bénéficiaires. 

« Votre organisation contribue énormément à l’émergence d’une société basée sur la paix, sur la justice sociale et sur le respect de la dignité humaine. Et Dieu sait que nous n’en avions besoin, car la pandémie de COVID-19 est assez pénible pour tout le monde », souligne le représentant du maire de la Ville de Sherbrooke, Rémi Demers.

L’attachée de presse de la députée fédérale de Sherbrooke, Olivia Scieur-Aparicio, affirme au nom d’Élisabeth Brière que cette dernière a réellement apprécié sa dernière rencontre avec l’organisme communautaire en question.

« Elle a eu un coup de cœur pour ce que vous faites », enchérit Olivia Scieur-Aparicio.