La Ville de Sherbrooke a décidé de privilégier la rénovation de l’édifice d’Expo-Sherbrooke pour y maintenir les activités sportives.

6,2 M$ pour rénover l’édifice d’Expo-Sherbrooke

L’édifice d’Expo-Sherbrooke retrouvera son état d’origine grâce à un projet de rénovation évalué à 6,2 M$. Le conseil municipal a préféré la réfection du bâtiment existant à une démolition et une reconstruction, qui auraient été plus coûteuses.

Une demande de subvention de 3 M$ sera adressée au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives. La date limite du dépôt d’un projet est le 23 février.

Les travaux permettront de répondre aux besoins du club de gymnastique SherGym, du club de cheerleading Impakt, du judo et de l’escrime, soit environ 1700 personnes. Seul SherGym tient actuellement ses activités au plateau Sylvie-Daigle.

« L’édifice d’Expo-Sherbrooke avait été construit pour accueillir des activités d’expositions agricoles. Ce n’était donc pas adapté pour de la gymnastique. Même si l’extérieur a l’air délabré avec la tôle bossée et les portes dépeinturées, l’indice de vétusté est d’environ 10 % de la valeur du bâtiment. Le bâtiment est donc en très bon état, il est solide et bien construit », explique Jean Lussier, chef de la division des bâtiments.

Un agrandissement à même le périmètre existant sera réalisé pour permettre l’ajout de blocs sanitaires avec vestiaires pour desservir les compétitions de soccer, de football et d’ultimate frisbee qui se tiennent au parc Sylvie-Daigle. Le stationnement et l’éclairage extérieur seront aussi refaits.

Que pour l’entraînement

« Tous les organismes sont enchantés par les plans présentés. Il faut noter que les installations ne permettront pas d’accueillir des compétitions d’envergure parce qu’il s’agit d’un lieu d’entraînement », précise Ingrid Dubuc, chef de division des sports et des événements à la Ville de Sherbrooke. Il faudrait vraisemblablement doubler les coûts pour permettre d’accueillir des spectateurs et ainsi tenir des compétitions.

Le conseiller Vincent Boutin a voulu savoir si les rénovations permettront de respecter les normes de hauteur pour la pratique du trampoline par SherGym.

« Nous avons regardé pour hausser le toit ou pour construire une fosse pour encastrer les trampolines. L’option de la fosse est privilégiée », dit Jean Lussier.

« Il faut avoir les moyens de nos ambitions. Puisque les rénovations nous permettront d’atteindre l’objectif et que nous ne nageons pas dans des fortunes, la rénovation me semble l’option la plus pertinente », a commenté Vincent Boutin.

La reconstruction aurait nécessité de relocaliser les activités de SherGym pendant la durée des travaux, une contrainte importante considérant la hauteur des plafonds nécessaires pour la pratique des sports concernés. La réfection pourrait par ailleurs permettre d’occuper la moitié de l’espace pendant le réaménagement de l’autre moitié.

La rénovation prendra environ 12 mois. L’option de la reconstruction, qui aurait coûté 10,7 M$, aurait nécessité 18 mois de travaux. Si la subvention est obtenue, les rénovations ne sont pas attendues avant 2020.

Le comité de toponymie veillera à trouver un nouveau nom pour l’édifice d’Expo-Sherbrooke. L’édifice rénové devrait avoir une durée de vie utile de 40 ans.

Enfin, les véhicules entreposés par la Ville dans Expo-Sherbrooke seront définitivement déplacés ailleurs.