On estime à au moins 500 000 $ les dommages causés au garage municipal par la crue des eaux du début novembre.

600 000 $ par année pour reloger les employés du garage municipal

Les quelque 150 employés de bureau qui œuvraient au garage municipal, rue des Grandes-Fourches, déménageront pour de bon au 375, rue Courcelette, dans les anciens bureaux du centre d’appels Sykes. La Ville signera un bail de deux ans à raison de 600 000 $ par année. Ironiquement, ces bureaux sont situés à l’extérieur de la zone réglementée par la Ville pour établir des bureaux d’administration gouvernementale.

Au conseil municipal du 4 novembre, après une fin de semaine d’intempéries qui avaient causé l’inondation du premier étage du centre Jean-Charles-Côté, le directeur général Daniel Picard avait plaidé pour un déménagement rapide des employés de bureau basés au garage municipal. L’espace ainsi libéré au centre-ville permettrait de relocaliser certains employés inondés au deuxième étage du centre Jean-Charles-Côté.

La Ville a étudié huit sites potentiels dans le périmètre élargi du centre-ville, dont l’Édifice Hooper, l’Édifice Radio-Canada et la Clinique Saint-Vincent. La disponibilité rapide, l’existence d’un stationnement, la superficie disponible et le zonage ont entre autres été considérés.

Les besoins en matière de superficie sont de 25 000 à 30 000 pieds carrés. L’aménagement à aires ouvertes des locaux du 375, rue Courcelette offre la flexibilité désirée à la Ville pour aménager le site, sur trois étages, en fonction de ses besoins.

Le bail initial aura une durée de deux ans et sera en vigueur à partir du 1er avril. Le bail sera renouvelable tous les six mois pendant 48 mois.

Le coût annuel total pour la Ville est évalué à 600 000 $. Si le loyer de base inclut certains travaux, la Ville payera pour la réfection ou l’ajout de salles de toilettes et la remise en fonction du monte-charge si nécessaire. La Ville assumera aussi les frais d’énergie, les frais d’entretien et les réparations courantes.

« Une partie de notre investissement, nous le garderons, quoi qu’il arrive avec le dossier. Nous avons été pris un peu dans le temps parce qu’il y avait une volonté des élus municipaux de délocaliser rapidement 150 employés qui travaillent sur la rue des Grandes-Fourches. Malgré un travail impeccable de décontamination, les conditions de travail y sont loin d’être idéales, même si elles ne sont pas nocives pour la santé », explique Marie-France Delage, directrice générale adjointe à la Ville de Sherbrooke.

« Il est clair que le lieu idéal serait dans un bâtiment de propriété municipale. Il reste à voir comment ce dossier évoluera dans le temps. Les études vont se poursuivre pour relocaliser les employés de façon permanente au centre-ville. »

Modification de Zonage

Une modification de zonage est nécessaire pour autoriser l’usage de bureaux d’administration gouvernementale de plus de 750 m2 dans la zone où se trouve l’immeuble. Le bâtiment est situé tout juste à l’extérieur de la zone reconnue du centre-ville, mais est au cœur de la zone qualifiée d’influence du centre-ville.

« Ce n’est pas tellement loin de la volonté de concentrer les activités à haute densité au centre-ville. »

Le déménagement des bureaux est prévu au printemps 2020.

Rappelons qu’on estime à au moins 500 000 $ les dommages causés au garage municipal par la crue des eaux du début novembre.

Le directeur général Daniel Picard avait aussi recommandé, au début du mois, de prévoir d’ici un an ou deux le déménagement complet du garage municipal. Le coût d’une telle décision a jusqu’ici été évalué à 40 M$, notamment en raison du site retenu par la Ville, sur la rue Hector-Brien. Le terrain pose plusieurs défis d’aménagement en raison de sa topographie, de la présence de milieux humides, d’une conduite de gaz et d’une servitude d’Hydro-Québec.