Daniel Schoolcraft, copropriétaire du restaurant Da Toni, fête les 50 ans de son entreprise et a organisé une petite fête pour l’occasion. Seule la chaîne de restaurants Louis Luncheonette peut se vanter du même exploit à Sherbrooke, selon lui.

50 bougies pour Da Toni

Il n’y en a pas beaucoup des restaurants à Sherbrooke qui soufflent 50 bougies. Le copropriétaire Daniel Schoolcraft se dit heureux d’être aux commandes du Da Toni pour souligner cet anniversaire. Quel est le secret selon lui ? Innover et être à l’affût des tendances... mais pas trop.

« Ce n’est pas nécessairement de mieux faire les choses. C’est important de rester ancrés dans nos bases, tout en regardant devant et en écoutant la population, qu’est-ce qu’ils aiment et qu’est-ce qu’ils n’aiment pas. On reste à l’affût des tendances alimentaires, les gens aiment la nouveauté. Mais il y a des personnes plus stables, et quand ils viennent au Da Toni ils savent à quoi s’attendre. Les bases sont importantes. Si on prend partout au Québec, trouve un restaurant de notre genre qui a 50 ans... un restaurant local. Ici à Sherbrooke il y a Louis Luncheonette, c’est tout. Ce n’est pas rien », partage l’homme d’affaires.

Lui et le copropriétaire Christian Fréchette, qui signe le menu du restaurant depuis 2001, avaient organisé une première soirée modeste de célébrations samedi, jour même où, il y a 50 ans, le restaurant avait ouvert pour la première fois. Ils avaient invité de fidèles clients et plusieurs connaissances pour un souper spécial. Les festivités se poursuivront toute l’année, l’équipe du restaurant proposera plusieurs soirées colorées.

Le fondateur du DaToni lui-même, Toni Danella, était présent samedi, fêtant par le fait même son anniversaire de naissance.

« Je suis fier, en restauration on sait jamais ce que ça va donner, un restaurant c’est fragile. Quand j’ai ouvert en 1969, tous les restaurants qu’il y avait sont partis aujourd’hui. Ici, ils ont fait ce qu’il fallait faire, la base était solide. J’ai fait du gros travail et la preuve est là », partage le fondateur, le sourire aux lèvres.

À l’époque, il faisait connaître la cuisine haut de gamme italienne aux Sherbrookois. L’originalité mélangée à la stabilité est selon M. Danella ce qui a permis au restaurant de rester debout et populaire. 

Du personnel fidèle

M. Schoolcraft soutient qu’une autre grande force du restaurant est son personnel. Les quatre serveuses en fonction samedi étaient d’ailleurs les vétérantes du groupe, qui comptent de 29 à 40 ans de service.

« On est tellement bien traités. Christian a su établir quelque chose... un respect envers tout le monde. Ça, tu ne trouves pas ça à beaucoup de place. Il y a notre menu régulier qui reste classique, et puis dans la table d’hôte, là les gars ils s’éclatent », partage Sylvie Couture qui travaille au Da Toni depuis 30 ans. 

« La restauration, c’est une habitude. Les clients aiment venir aux mêmes heures, être servis toujours par les mêmes personnes et manger la même chose. La qualité et la constance de la recette aussi c’est important. Chez Da Toni, la constance est au rendez-vous », termine M. Schoolcraft.