Danouska Lévesque

50 adultes en attente pour une nouvelle place en résidence

Le besoin d'avoir de nouvelles résidences d'accueil pour adultes est plus que criant au CIUSSS de l'Estrie-CHUS. En effet, près d'une cinquantaine d'adultes atteints de déficience intellectuelle ou de troubles du spectre de l'autisme sont en attente d'une place en hébergement ou en attente d'une relocalisation pour différentes raisons. De plus, une vingtaine de ressources sont en processus de fermeture, ce qui fera encore bien d'autres résidents à relocaliser à court ou moyen terme, principalement dans les régions de Sherbrooke, Magog et les municipalités limitrophes.

« Nous avons une jeune femme qui est à l'hôpital en ce moment parce que nous sommes en attente d'une place où la loger. On sait que l'hôpital n'est pas un lieu approprié pour une personne avec une déficience intellectuelle qui n'a plus besoin de soins actifs. C'est urgent que l'on puisse lui trouver une résidence. Nous cherchons désespérément », explique Nathalie Chouinard, chef de service au programme DI-TSA-DP du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Lire aussi: Le bonheur de prendre soin d’adultes déficients intellectuels [VIDÉO]

Sur le grand territoire du CIUSSS de l'Estrie, il y a actuellement 431 usagers touchés par la déficience intellectuelle ou l'autisme qui vivent dans 139 ressources différentes.

« Nous allons rajouter une quarantaine de résidents aussitôt que nous allons être capables d'ouvrir de nouvelles résidences », précise Marie-Josée Bolduc, chef de service en gestion contractuelle à la direction de la qualité au CIUSSS de l'Estrie-CHUS. 

 Car la quarantaine de résidents en attente de places se trouvent pour la plupart actuellement dans des milieux familiaux au bout du rouleau. 

Au CIUSSS, les besoins sont donc aussi variés que la clientèle peut l'être. La direction du CIUSSS aimerait garnir le plus possible sa banque de postulants. « Plus nous avons de ressources disponibles, plus nous pouvons faire des pairages de qualité, qui vont tenir la route sur le long terme. Car l'idée, même si nous sommes en grand besoin actuellement, ce n'est pas juste d'ouvrir des résidences. Il faut que les résidences puissent offrir des services de qualité. L'idée aussi, c'est d'offrir une stabilité aux résidents », précise Mme Chouinard en précisant que le CIUSSS signe normalement des contrats renouvelables de trois ans. 

Le travail de ces responsables, bien entendu, n'est pas bénévole. Les responsables des résidences reçoivent une compensation pour l'usage de leur maison et ils reçoivent aussi une somme pour chaque résident logé dans leur domicile, une somme qui varie en fonction de la condition de santé des résidents.