Denis Fortier et Sylvain Guertin, de la Fondation Rock-Guertin, ont distribué de nombreux paniers durant la pandémie.
Denis Fortier et Sylvain Guertin, de la Fondation Rock-Guertin, ont distribué de nombreux paniers durant la pandémie.

475 dépannages estivaux de plus qu’à l’habitude

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
La Fondation Rock-Guertin a été bien occupée cet été. Celle qui effectue environ 125 dépannages alimentaires annuellement entre la fin du mois de mars et la fin du mois de juillet en a accompli quelque 600 cette année.

La COVID-19 explique une bonne partie de cette hausse de la demande, témoigne le directeur général de la fondation, Denis Fortier. « Le temps que la PCU et les subventions salariales se sont mises en marche, il y a beaucoup de gens qui ont vécu une situation difficile. On était prêts. Quand la pandémie est arrivée, je me suis dit que c’était sûr qu’on allait être répercutés », analyse-t-il.

Comment se sont-ils organisés? « La nourriture qu’on avait achetée pour les Paniers de Pâques était toute dans l’entrepôt. Avant que j’envoie les bénévoles chez eux, car ils ont environ tous plus de 70 ans, on s’est dit qu’on allait faire un beau dépannage identique pour tout le monde le plus rapidement possible pour que tout le monde puisse en avoir. On travaillait avec le CLSC. On avait toujours en entrepôt entre 40 et 50 dépannages de prêts », raconte M. Fortier, ajoutant que seulement quatre bénévoles donnaient des heures.

D’ailleurs, la hausse de demandes a également été constatée pour ce qui est des paniers de la rentrée. Alors que la moyenne des trois dernières années est de 260 familles aidées, ce sont 440 familles qui seront appuyées cette année. 

Autant la demande a été grande, autant les Sherbrookois se sont montrés généreux. « Ils ont senti qu’on avait des besoins. On a eu de beaux dons, les gens sont fidèles à la cause. On fait une récolte de canettes qui nous a permis d’amasser plusieurs milliers de dollars. On invite les gens à nous aider encore. Après les paniers de la rentrée, ce sera les Paniers de Noël. Et ce sera quelque chose », prévoit le directeur général.