Francine Bissonnette, PAB comptant 34 années d’expérience, et Nicole Labrecque, élève PAB, ont été jumelées durant la formation de Mme Labrecque au CHSLD d’Asbestos.
Francine Bissonnette, PAB comptant 34 années d’expérience, et Nicole Labrecque, élève PAB, ont été jumelées durant la formation de Mme Labrecque au CHSLD d’Asbestos.

350 PAB bienvenus sur le plancher

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Après leur formation intensive de trois mois, un peu plus de 350 nouveaux préposés aux bénéficiaires viennent d’être embauchés par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS afin de combler les si nombreux besoins dans les CHSLD. Une arrivée sur le plancher salutaire.

« L’apport de ces nouveaux PAB est non négligeable, même s’il nous reste des postes non comblés, principalement en courte durée dans nos centres hospitaliers », indique Myrianne Lareau, directrice adjointe par intérim aux ressources humaines, aux communications et aux affaires juridiques du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le CIUSSS avait la possibilité d’offrir 409 bourses, ce qui correspondait à ses postes non comblés. Près de 350 personnes auront réussi à compléter la formation. « C’est une statistique qui en dit long », se réjouit la directrice adjointe par intérim.

Cette nouvelle formation s’est organisée dans un temps record. Le CIUSSS de l’Estrie a collaboré avec cinq maisons d’enseignement, qui ont réussi le défi colossal de surmonter tous les obstacles, en pleine pandémie, pour donner ce cours nouveau genre.

PAB-experts

Quant au CIUSSS, il a dû s’organiser pour recevoir 350 stagiaires d’un coup. Là aussi un grand défi en contexte de pandémie… et de pénurie de personnel. « Ç’a été un effort colossal pour nos milieux cliniques d’accueillir tous ces boursiers. Nos PAB-experts, les PAB qui ont de l’expérience dans les CHSLD et qui étaient jumelés à des stagiaires, ont fait preuve d’un grand engagement. Ç’a créé une fierté pour eux de pouvoir apprendre leur métier à de nouveaux PAB », soutient Myrianne Lareau.

Cette dernière a entendu plusieurs belles histoires. « Les gens ciblés par cette formation étaient des gens qui avaient quitté un emploi ou une profession et qui choisissaient de devenir PAB. Les PAB-experts les ont décrits comme une relève engagée et motivée », se réjouit-elle.

C’est par exemple le cas pour Nicole Labrecque, pour qui l’annonce de cette formation tombait à point : « Je voulais devenir préposée aux bénéficiaires depuis longtemps, mais c’est difficile de retourner aux études lorsqu’on a des responsabilités familiales. Travailler en CHSLD, c’est ce que je voulais parce que j’aime les personnes âgées. Elles ont toutes une histoire de vie fascinante! »

À l’aube de la retraite, la PAB-experte Francine Bissonnette était heureuse de pouvoir transmettre ses connaissances. « C’est rassurant de savoir que la relève est là et c’est important de stabiliser les équipes. » Son souhait : que les futurs préposés aiment autant leur métier qu’elle. « Je suis fière d’avoir été préposée auprès des personnes âgées, elles m’ont apporté beaucoup », affirme-t-elle.