Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

32 nouveaux cas en Estrie : « Nous sommes en contrôle »

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’Estrie compte 32 nouveaux cas confirmés de COVID-19 en Estrie ce jeudi, plus du double par rapport à la veille où 14 cas avaient été rapportés.

« Ici en Estrie, nous ne connaissons pas une montée importante des cas comme nous voyons dans d’autres régions du Québec, mais nous observons depuis la semaine dernière une petite augmentation des cas qui se poursuit », a expliqué jeudi matin la Dre Geneviève Petit, substitut au directeur de santé publique de l'Estrie et coordonnatrice médicale de la COVID-19 pour la Santé publique de l'Estrie.

« Nous sommes encore en contrôle de la situation, mais on veut garder ce contrôle », ajoute-t-elle.

Jeudi, le Québec fait face à 1271 tests positifs de COVID-19, la plus importante augmentation quotidienne depuis plusieurs mois. Mercredi, le bilan faisait état de 1025 nouveaux cas.

L’équipe de la Santé publique de l’Estrie est à pied d’œuvre pour mener des enquêtes rapides et selon des critères unifiés, que les cas soient identifiés comme des variants ou non, avec des critères un peu plus sévères encore pour mettre en isolement les contacts étroits et modérés.

Les contacts étroits et modérés seront mis en isolement préventif durant 14 jours. « C’était comme ça avant aussi; rien n’a changé de ce côté-là », mentionne-t-elle.

Toutefois, il y aura dorénavant davantage de personnes qui seront considérées comme des contacts étroits et modérés, notamment dans les milieux scolaires et les entreprises. 

Le bilan de jeudi ne déplore toutefois aucun nouveau décès. Les variants présomptifs sont passés de 101 à 110 par rapport à la veille, alors que les variants confirmés demeurent encore à 12 cas.

« Actuellement en Estrie, c’est un cas sur trois qui est un variant », a fait savoir la Dre Petit.

La moyenne provinciale est d’un cas sur deux dont les tests confirment qu’il s’agit d’un variant, et ce nombre est encore bien plus important dans certaines régions sociosanitaires de la province.

Les hospitalisations demeurent plutôt stables en Estrie avec 12 personnes hospitalisées pour lutter contre la COVID-19, dont quatre se trouvent aux soins intensifs. Deux nouvelles personnes ont été admises depuis mercredi.

Vers une augmentation des hospitalisations

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a dévoilé jeudi ses nouvelles projections en ce qui concerne les hospitalisations. L’Estrie fait partie de la « zone 2 », c’est-à-dire de l’ensemble du Québec à l’exception de la grande région de Montréal.

« Pour la zone 2, les projections suggèrent une augmentation relative de 20 % de l'occupation des lits de soins réguliers et de 40 % des lits de soins intensifs d'ici les trois prochaines semaines. On ne prévoit toutefois pas de dépassement des capacités hospitalières désignées au cours des 2 à 3 prochaines semaines, 12 % des lits réguliers et 15 % des lits de soins intensifs étant présentement occupés. L'augmentation anticipée pourrait varier selon les régions et la marge de manœuvre de certains hôpitaux pourrait être ainsi fragilisée », lit-on dans le rapport de l’INESSS.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS avait dû préparer 25 lits de soins intensifs et 79 lits de courte durée pour répondre aux besoins des gens malades de la COVID-19. Cela signifie donc une occupation aujourd’hui de 10 % de ses lits de courte durée et de 16 % de ses lits de soins intensifs réservés à la COVID-19.

Par contre, au plus fort de la deuxième vague en janvier dernier, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS avait dû procéder à du délestage de façon importante, notamment dans ses salles d’opération, afin de répondre à la demande des patients hospitalisés à cause des complications de la COVID-19.