À peine un mois après l’adoption du budget municipal, les élus sherbrookois ont autorisé lundi un budget additionnel de 3 M$ pour l’ouverture de nouvelles rues.

3 M$ de plus pour des nouvelles rues

Les élus sherbrookois ont autorisé lundi un budget additionnel de 3 M$ pour l’ouverture de nouvelles rues. Ces investissements surviennent à peine un mois après l’adoption du budget municipal, une situation qui a soulevé des questions d’Annie Godbout et de Vincent Boutin.

Le directeur général, Yves Vermette, a mentionné que la Ville accorde chaque année un budget additionnel pour l’ouverture de rues, mais que la demande est généralement déposée à l’automne.

« Le bordereau de planification s’élève pour l’année 2018 à 5 160 000 $ pour de nouveaux projets. Ça comprend notamment des investissements assez importants dans le secteur du plateau Saint-Joseph, soit pour 2,5 M$. Nous avons une somme résiduelle de 2017 de 700 000 $ et un budget d’immobilisation autorisé de 1,5 M$. Pour atteindre les 5,1 M$ qui sont dans les cartons, il nous manque environ 3 M$ en budgets additionnels », a résumé Michel Cyr, chef de division de la gestion des eaux et de la construction à la Ville de Sherbrooke.

M. Cyr ajoute que des surplus de 733 000 $ pourraient encore être dégagés des travaux de 2017, ce qui réduirait les besoins en fonds supplémentaires.

« On est seulement le 15 janvier. C’est surprenant un mois après le dépôt du budget d’avoir une demande pour un montant aussi élevé. On savait déjà qu’on aurait le projet du plateau Saint-Joseph avec la relocalisation du Costco. Je suis surprise que ça nous arrive aujourd’hui », a réagi Annie Godbout.

Long processus

« On m’a indiqué que le Costco, c’est un secteur qui était déjà prévu au développement initial du plateau Saint-Joseph, mais on attendait d’avoir au moins des documents avancés, ce qu’on n’a pas encore. La projection de construction du Costco pour cette année est très forte. On recommande de procéder immédiatement pour ne pas créer des délais par la Ville. Les demandes budgétaires, c’est un processus de trois à quatre mois », a précisé Michel Cyr.

Yves Vermette a rappelé que l’approbation d’un budget additionnel est un exercice annuel. « Chaque année, on commence avec des arrérages de l’année d’avant en plus d’un montant dans le budget. On revient toujours en cours d’année parce qu’on ne veut pas geler d’argent sans connaître les projets. En cours d’année, les promoteurs viennent présenter des projets. Lorsqu’on connaît plus les évaluations, on revient au conseil. Pourquoi revenir aussi rapidement? C’est parce qu’ils ont reçu des documents au début décembre. L’exercice budgétaire était déjà complété. Si on avait eu l’information on l’aurait intégrée au budget. »

Vincent Boutin demeurait sceptique. « D’accord pour le plateau Saint-Joseph, mais les rues du Chardonnay, Arnold-Pryce, ça fait longtemps qu’on sait qu’on va les faire. Ça envoie un drôle de message que déjà au premier conseil on demande des sommes additionnelles. Je vais me rallier, mais pour la suite des choses, je serai très vigilant. On ne peut pas arriver avec des demandes à la pièce, sinon on va faire de façon détournée ce qu’on n’a pas pu faire dans le budget. Mais je comprends la logique. »

Enfin, Marc Denault a rappelé que la Ville profitera de revenus supplémentaires avec l’ouverture de nouvelles rues en raison des revenus de taxation anticipés.

« On est seulement le 15 janvier. C’est surprenant un mois après le dépôt du budget d’avoir une demande pour un montant aussi élevé. On savait déjà qu’on aurait le projet du plateau Saint-Joseph avec la relocalisation du Costco. Je suis surprise que ça nous arrive aujourd’hui », a réagi Annie Godbout.