Mélissa Généreux : « L’Estrie a réussi à rester en zone orange alors que nous étions entourés de régions en zone rouge. On pense que de réussir à rallier une population à une cause commune, celle de réussir à rester en zone orange, a permis non seulement de ralentir la propagation de la COVID-19, mais que ç’a aussi protégé le bien-être psychologique de la population. »
Mélissa Généreux : « L’Estrie a réussi à rester en zone orange alors que nous étions entourés de régions en zone rouge. On pense que de réussir à rallier une population à une cause commune, celle de réussir à rester en zone orange, a permis non seulement de ralentir la propagation de la COVID-19, mais que ç’a aussi protégé le bien-être psychologique de la population. »

25 % des adultes en souffrance… mais les Estriens s’en tirent mieux

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Un jeune sur deux de 18 à 24 ans souffre de symptômes significatifs d’anxiété ou de dépression majeure. Chez les adultes de tous les groupes d’âge, c’est un adulte sur quatre qui présente des signes d’anxiété ou de dépression majeure.