Des membres de Slackline Montréal tenteront d’éditer un record mondial samedi au-dessus de la mine Jeffrey. Ils ont pu se familiariser avec le site hier.

1,9 km dans le vide au-dessus de la mine

Le vide sous les pieds et dans l’esprit, les premiers adeptes de highline ont traversé jeudi le ruban de 1,9 kilomètre qui traverse les deux côtés de l’ancienne mine Jeffrey d’Asbestos.

À l’approche de la tentative de battre un record mondial, samedi, le coorganisateur de l’événement Dany Bouchard a visiblement été touché par son expérience sur la slackline. « C’est magnifique, décrit-il. C’est un moment assez magique de faire une traversée comme celle-là. C’est chargé en émotion, il y a tellement de choses qui se passent dans notre tête. Quand on arrive, c’est comme l’aboutissement d’une épopée. C’est significatif pour chaque personne qui termine la traversée. »

« C’est un moment de solitude, explique l’adepte de slackline. Un moment que j’ai anticipé dans les derniers mois en préparant cela. C’est mon cadeau que je me préparais. J’ai vécu le moment présent et j’ai apprécié chaque instant. Malgré tout, il y a quand même des pensées négatives qui viennent, comme la peur et le doute. La confiance en soi est ébranlée. Il faut le prendre et le laisser de côté juste pour continuer d’avancer », poursuit-il, faisant un parallèle avec la vie au passage.

Impressionnant

Camille Langlois ne pouvait s’empêcher de sourire après avoir marché au-dessus de l’ancienne mine. La jeune femme a battu son objectif personnel, elle qui a parcouru 900 mètres alors qu’elle avait prévu n’en faire que 500. « C’est super impressionnant. C’est la première fois que je monte sur une highline de 1900 mètres. D’habitude, nous sommes entre deux montagnes et l’exposition est différente. Ça peut déstabiliser », analyse celle qui ne compte plus les fois où elle a marché dans le vide.

Camille Langlois n’était pas la seule à être émerveillée. Les spectateurs, eux, ont été fascinés par les funambules qui affrontent le « trou ». « Ils sont dans une autre dimension de concentration, pense Guy Côté. Ils vont chercher quelque chose d’impressionnant. Ils ne pensent pas à leurs autres problèmes. C’est comme s’ils se connectaient à leur corde. Ça me dépasse. »

Record du monde battu samedi?

Le clou du spectacle se déroulera samedi. Un groupe d’athlètes tentera alors de battre un record du monde, explique le fondateur de Slackline Montréal, Julien Desforges. « L’objectif est que le plus de monde possible soit capable de traverser la ligne, idéalement sans tomber. En même temps, pour des personnes comme Dany et moi qui ont fait un voyage extraordinaire sur la ligne, même si nous sommes tombés quelques fois, ça change quoi au final? Samedi, on va probablement envoyer une personne après l’autre et essayer d’avoir le plus de monde possible qui passent la ligne », prévoit-il.

Des activités de slackline et des musiciens seront aussi présents sur place afin d’animer la foule. Quelques milliers de personnes sont attendues.