Caroline Glaude occupe la fonction de coordonnatrice des bénévoles à la Fête du lac.

15 ans à gérer les bénévoles

Caroline Glaude travaille dans l’ombre. Depuis une quinzaine d’années, elle s’occupe des nombreux bénévoles qui donnent de leur temps pour que la Fête du lac des Nations demeure en santé.

Même si la Fête du lac est d’une durée de six jours, Mme Glaude se prépare pendant plusieurs semaines. « C’est stressant, car j’ai peur de ne pas avoir tout ce dont j’ai besoin. Je tente de prévoir, donc j’ai tout en réserve. La semaine avant le festival, j’ai de la misère à dormir, mais finalement tout se fait super bien. Je commence à faire le recrutement au mois de mai. On change les horaires environ sept fois avant qu’ils soient finaux et je participe aux trois jours de démontage après la Fête », assure celle qui veille sur 250 des 300 bénévoles.

Les heures de sommeil ne sont pas plus nombreuses lorsque l’événement arrive. « Je travaille environ 19 heures par jour durant la Fête du lac, poursuit-elle. J’ouvre le parc à 6 h 30 et je me couche vers 1 h 30 quand les bénévoles ont terminé. Je fonctionne sur l’adrénaline, donc ça ne me dérange pas. »

Pas question de prendre des vacances pour s’occuper uniquement du festival. « Je fais les deux. Je suis courtier immobilier, donc je peux ajuster mon horaire. J’essaie de garder mes dossiers à jour. Mes vacances viennent après », indique celle qui est aussi maman de cinq garçons.

Cependant, la chimie entre les bénévoles se fait sentir. « L’ambiance ici est vraiment super. Les bénévoles s’amusent et créent de nouvelles amitiés. Ils sont bien traités et mangent de la bonne nourriture. D’année en année, ce sont souvent les mêmes qui reviennent », décrit celle qui a une roulotte sur le site et qui dort sur place.

Bénévoles et post-partum

Il y a 11 ans, Caroline Glaude a accouché la veille de la Fête du lac. Deux jours après avoir mis au monde son bébé, elle reprenait ses fonctions de coordonnatrice des bénévoles. « Ils m’ont dit qu’ils devaient me provoquer. Je leur ai demandé de le faire après la Fête, mais ils ont refusé. J’ai dit aux bénévoles “ce ne sera pas long, je reviens” », lance la passionnée.

Est-ce que Caroline Glaude occupera encore ces fonctions dans 15 ans? « Je ne sais pas, affirme-t-elle. Je suis comme Dominique Michel, c’est toujours ma dernière année. Par contre, je reviens tout le temps. On voit d’année en année », résume Caroline Glaude.