Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La députée libérale Élisabeth Brière et Christian Thibault, le directeur général du concessionnaire Ronald Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC LTEE de Sherbrooke.
La députée libérale Élisabeth Brière et Christian Thibault, le directeur général du concessionnaire Ronald Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC LTEE de Sherbrooke.

1,3 M$ en subvention pour des véhicules sherbrookois sans émission

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les Sherbrookois qui ont acheté un véhicule zéro émission ont été gâtés par le gouvernement fédéral. En effet, ce 13 juillet, la députée libérale Élisabeth Brière a annoncé qu'ils ont bénéficié d’une subvention de près de 1,3 M$ pour l’achat de leurs véhicules. « On a vu un impact au niveau de l’intention d’achat », se réjouit Christian Thibault, directeur général du concessionnaire Ronald Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC LTEE de Sherbrooke, où a eu lieu l’annonce de Mme Brière.

Les automobilistes sherbrookois ont pu profiter de ces subventions fédérales dans le cadre du Programme d’incitatifs pour l’achat de véhicules zéro émission (iVZE) par l’intermédiaire des concessionnaires Ronald Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC LTEE, Sherbrooke Toyota, N.V. Cloutier : Chrysler Dodge Jeep RAM, Automobiles Val Estrie Inc Ford et Sherbrooke Honda. « Le programme est offert à tous les concessionnaires de l’Estrie », a rappelé Mme Brière.  

Christian Thibault estime à 250, voire 300, le nombre de véhicules électriques vendus par sa concession en un an. « Les ventes de véhicules électriques atteindront 20 % des ventes totales du concessionnaire d’ici la fin de l’année 2021 », affirme-t-il. 

M. Thibault ajoute que « les manufacturiers sont aussi proactifs pour élargir la gamme de véhicules électriques sur les routes. Ça amène aussi les concessionnaires à investir beaucoup pour offrir ces services-là », a-t-il indiqué en remerciant le gouvernement fédéral pour son aide. 

Baisser les émissions de GES

L’objectif du programme est de faire la chasse aux gaz à effets de serre (GES). « Le gouvernement du Canada a à cœur la lutte contre les changements climatiques. Le secteur des transports est responsable de 25 % de toutes les émissions de GES au pays. Alors choisir un véhicule électrique fait nécessairement partie de la solution », a affirmé Mme Brière. Elle se dit très fière que le gouvernement ait investi 1,3 M$ pour l’achat de véhicules électriques à Sherbrooke.    

Mme Brière fait valoir que Sherbrooke se classe dorénavant quatrième dans la vente de voitures électriques en 2021. « On peut dire que la ville est sur une bonne lancée, à l’avant-scène de la relance verte ».

Une subvention pour l’achat d’un véhicule zéro émission permet aussi « d’accélérer l’atteinte de nos cibles en matière de réduction des émissions », explique Mme Brière. Elle rappelle d’ailleurs qu’à partir de 2035, « tous les véhicules devront être électriques ». 

2035 sera 100% électrique

« Les hybrides rechargeables, c’est une solution de transition. Il y a des gens qui ont un peu peur de faire le saut vers l'électrique, alors ça pourrait être un bon choix pour eux. Mais vraiment, tout s’en va vers les véhicules 100% électriques », explique Christian Thibault, qui dit conseiller à ses clients d’opter pour un véhicule électrique plutôt qu’un hybride rechargeable. Il ajoute que les autonomies ont augmenté beaucoup ces dernières années. « On est rendu à 400 km d’autonomie pour l’ensemble des véhicules électriques des manufacturiers. C’était la barre à franchir qui amène un choix sécuritaire pour les gens ».

Il admet que la technologie va continuer d’évoluer rapidement. « Ce qui s’en vient, c’est 450, 500 km… À date, il y en a plusieurs qui ont annoncé une autonomie jusqu’à 640 km, mais ce sont des véhicules plus dispendieux », explique-t-il, en précisant que 400 km d’autonomie est suffisant pour 95 % des gens. 

M. Thibault pense qu’il est important d’avertir les acheteurs que l’autonomie baisse lors des températures froides de l’hiver. Toutefois, il ne s’agit pas, selon lui, d’un problème majeur. « L’été, nos clients font l’aller-retour Sherbrooke-Montréal sans recharger. Mais l’hiver, je n’ai pas eu un client qui a dû s’arrêter plus de 15 minutes. 15 minutes avec la recharge rapide, ça coute 6,25 $ », explique-t-il. 

M. Thibault insiste sur le fait que les primes et subventions sont aussi temporaires. « Dans 3 ou 4 ans, les véhicules électriques vont être moins chers. Les prix vont diminuer, mais les rabais aussi », avertit-il. « Ce que je dis aux gens, c’est de profiter de l’électricité aujourd’hui, d’arrêter de consommer de l’essence… puis dans trois ans, ils auront le choix de changer pour une meilleure technologie, mais ils auront bénéficié de quelques années sans gaz ».  

Des zones de recharge suffisantes

« Il faut comprendre que la recharge se fait d’abord à la maison », explique le directeur général du concessionnaire Ronald Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC LTEE de Sherbrooke. Mme Brière a aussi rappelé l’existence de subvention pour l’installation d’une borne à la maison. 

« Sur les grandes artères, il faut environ 20 minutes de route, environ 35 km, pour avoir une recharge rapide. Le réseau est quand même super bien développé », appuie-t-il.