Six femmes ont porté plainte pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été commis par le psychologue Étienne Lavoie.

13 autres accusations contre le psychologue Étienne Lavoie

Le psychologue sherbrookois Étienne Lavoie n’est pas au bout de ses peines avec le dépôt, mardi, de 13 nouvelles accusations contre lui.

Annoncées depuis l’enquête sur remise en liberté de Lavoie, ces nouvelles accusations pour des gestes qui auraient été commis entre mai 2018 et janvier 2019 sur trois victimes alléguées viennent d’être autorisées.

À lire aussi: Le psychologue Étienne Lavoie restera détenu

Ce sont donc six femmes qui ont porté plainte pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été commis par Lavoie.

Menottes aux poings, Lavoie a comparu devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec relativement aux nouvelles accusations, dont trois chefs d’agression sexuelle sur autant de nouvelles victimes alléguées.

Des accusations d’avoir obtenu des services sexuels moyennant rétribution, d’avoir communiqué avec une personne pour obtenir des services sexuels contre rétribution, d’avoir amené une personne à offrir des services sexuels moyennant rétribution, de trafic de stupéfiants ainsi que d’entrave pour avoir tenté de convaincre une personne de retirer sa plainte contre lui ont aussi été portées.

L’avocat de la défense Me Christian Raymond souhaite analyser la nouvelle preuve déposée avant de fixer l’enquête préliminaire le 4 juin prochain dans l’ensemble des dossiers.

Des interdits de communiquer avec les nouvelles victimes alléguées ont été imposées par le tribunal à la suite de demandes de la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Ève Phaneuf. 

Cette dernière a mentionné que le dépôt d’autres accusations relativement à d’autres victimes alléguées n’était pas exclu.

ACCUSATIONS INITIALES

En février, Étienne Lavoie a été arrêté pour 14 accusations liées au proxénétisme et à des délits sexuels concernant trois victimes alléguées pèsent contre lui.

À la mi-mars, le tribunal a déterminé que Lavoie devra rester détenu pour la durée des procédures judiciaires.

L’homme de 47 ans, qui réside à Sainte-Catherine-de-Hatley, était déjà accusé de proxénétisme, d’agression sexuelle, d’agression sexuelle armée, de trafic de stupéfiants, d’avoir obtenu des avantages matériels provenant de service sexuel, d’avoir fait de la publicité de services sexuels, de distribution d’images intimes sans consentement, de menaces de mort et de voies de fait.

Pour les trois victimes initiales, des femmes majeures et vulnérables, Lavoie aurait commis les gestes entre janvier 2018 et février 2019, et certains crimes auraient été commis sur son lieu de travail.

Lavoie a été arrêté une première fois en janvier 2019, mais l’examen de la preuve a permis de le relier à la prostitution et la consommation de crack.

Malgré sa détention, des conditions avaient été imposées à Étienne Lavoie.

Lavoie a été suspendu par l’Ordre des psychologues du Québec après le dépôt des accusations. Cette suspension renouvelable est effective pour une durée de 120 jours.