Le Comité de vigie de l’hôpital Memphrémagog a déposé mercredi soir une pétition contenant 11 500 signatures lors de la séance publique du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. La pétition a été lancée alors que la communication était pratiquement interrompue entre le Comité de vigie et la direction du CIUSSS. Or depuis la fin de l’été dernier, le dialogue a repris. Des progrès ont été faits dans plusieurs dossiers, comme le retour de la gériatrie à Magog et l’informatisation de certains points de service. « Il reste quelques dossiers à faire avancer, comme la possibilité d’avoir une gouvernance locale, mais globalement, nous sommes satisfaits des rencontres que nous avons avec le CIUSSS », souligne le président du Comité de vigie, Jean-Guy Gingras.

1000 nouveaux employés mais il en manque encore 400

Près de 1000 nouveaux employés franchiront les portes des différentes installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS cet été pour venir prêter main-forte aux 18 000 travailleurs qui auront autant envie que besoin de vacances.

Parmi ces nouveaux venus, on retrouve 35 employés retraités qui ont accepté de donner des disponibilités et cinq enseignants en technique infirmière, qui sortiront de leur congé estival pour venir faire des quarts de travail sur le terrain. Voilà des exemples qui illustrent à quel point le CIUSSS cherche à recruter de toutes les façons possibles.

En mars, la direction des ressources humaines soutenait qu’il manquait 600 ressources pour combler tous les besoins pendant la période estivale. Ce calcul est basé en fonction de toutes les vacances qui seront accordées au personnel déjà en place.

« Selon notre dernière mesure, qui date de quelques jours, il nous manque maintenant 400 ressources », souligne Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Mme Paquette souligne qu’un déficit de 400 personnes représente environ 2,5 % du total du personnel.

Est-elle satisfaite de son bilan actuel? « Dans un contexte où on en demande beaucoup à nos employés depuis longtemps, dans un contexte où l’hiver a été difficile avec l’ouverture de beaucoup de lits de surcroît, c’est une situation qui s’améliore, mais on aurait préféré être en équilibre », avoue-t-elle.

Le travail de la direction des ressources humaines s’effectue sur plusieurs plans pour stabiliser et soutenir les équipes. « Nous travaillons sur des titres d’emploi alternatifs pour soutenir nos employés, par exemple les aides de services pour aider les préposés aux bénéficiaires. Nous allons aussi embaucher des étudiants pendant leurs études avec des titres d’emploi alternatifs. Nous avons aussi des projets-pilotes avec des horaires de 12 heures les fins de semaine pour les infirmières », énumère en exemple Mme Paquette.

Les embauches se poursuivent, ajoute-t-elle : « Les embauches se font de façon quotidienne! Nous allons refaire une mesure dans quelques semaines ».

Un surplus de 8,5 M$

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS espère terminer son année financière 2018-2019 avec un surplus de 8,5 millions $. Si quelques rentrées d’argent sont encore à confirmer, tout porte à croire que le surplus budgétaire sera confirmé par les vérificateurs qui analysent les états financiers.

« C’est une bonne nouvelle. Ça s’explique principalement par le fait que nous avons réussi à aller chercher plus de revenus du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) étant donné que nous avons réussi à offrir plus de services durant notre année financière », soutient Lyne Jutras, la nouvelle directrice des ressources financières du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

En comparaison, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS avait bouclé son budget 2017-2018 avec un déficit de 14,3 millions $.

La direction de l’établissement est en discussion avec le MSSS pour savoir s’il est possible de récupérer ce surplus budgétaire. « Nous souhaitons que ce transfert permette des investissements non récurrents, soit l’avancement des travaux au site Val-du-lac du Centre jeunesse de l’Estrie, et le déploiement de technologies de l’information en soutien à la performance et à la pénurie de main-d’œuvre », précise Mme Jutras.

La masse salariale des 18 000 em-ployés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS représente 1 milliard $, soit 67 % du budget total de 1,5 milliard $.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a aussi présenté au MSSS un budget 2019-2020 équilibré. Un budget équilibré mais fragile. « Il est fragile parce que nous avons plusieurs risques potentiels. Par exemple, il y a des nouveaux médicaments qui coûtent très cher et nous devons les avoir à l’œil. Il y a le financement à l’activité dont on ne connait pas tous les détails encore. Il y a aussi l’ajout de main-d’œuvre à la direction de la protection de la jeunesse et le prix de certaines fournitures spécialisées qui augmente », explique Lyne Jutras.