Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Christine Labrie, députée solidaire de Sherbrooke
Christine Labrie, députée solidaire de Sherbrooke

1000 $ pour les voyageurs : un « non-sens » déplore Christine Labrie

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La députée solidaire de Sherbrooke Christine Labrie dénonce le manque de solidarité dont fait preuve le gouvernement fédéral en aidant financièrement les voyageurs qui reviennent au pays.

Alors que des images de fêtes dans des hôtels tout inclus de destination soleil circulent sur le web, l’annonce du gouvernement fédéral déclarant que les voyageurs qui rentrent au pays et qui doivent s’absenter du travail puissent toucher 1000 $ a créé une vague de mécontentement au Québec.

La possibilité pour des voyageurs ayant quitté le pays pour des raisons non essentielles d’obtenir de l’aide financière n’a pas laissé la députée solidaire Christine Labrie indifférente.

« Quand on dénonce que le système est fait pour entretenir les privilèges des privilégiés, et maintenir dans la précarité ceux qui sont précaires, c’est exactement de ce genre de non-sens dont on parle », a déploré Christine Labrie samedi sur les réseaux sociaux.

Elle reproche notamment au gouvernement actuel de ne pas aider ceux qui en ont le plus besoin. « Et pendant ce temps-là, nos gouvernements défendent un salaire minimum, des prestations d’aide sociale et une aide financière aux études dont les montants maintiennent ceux et celles qui en vivent sous le seuil de pauvreté », a-t-elle dénoncé.

« Et si on utilisait nos fonds publics pour aider ceux et celles qui en ont vraiment besoin à sortir enfin de la pauvreté, plutôt que pour entretenir les privilèges des personnes les plus privilégiées? Ce serait ça un gouvernement solidaire. »

Face aux nombreuses critiques, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il n’excluait pas la possibilité de revoir les critères d’admissibilité à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) qui permet aux travailleurs qui doivent se mettre en quarantaine de recevoir de l’aide financière pour compenser une perte de revenus.