Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Presque arrivé à la mi-janvier et la saison de motoneige n’a pas encore démarré dans la région, déplore-t-on du côté du Club Harfang de l’Estrie.
Presque arrivé à la mi-janvier et la saison de motoneige n’a pas encore démarré dans la région, déplore-t-on du côté du Club Harfang de l’Estrie.

« L’un des pires débuts de saison de motoneige »

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
« C’est l’un des pires débuts de saison de motoneige que j’ai connus! »

Les motoneigistes de la région en ont assez d’astiquer leur engin en attendant que la neige tombe. Le vice-président au développement de nouveaux sentiers du Club Harfang de l’Estrie, Marc Lachance, est de ceux-là.

« Habituellement, on débute en décembre, un peu avant les Fêtes. Il y a un redoux et on recommence en janvier. Mais là ce n’est pas parti du tout. »

« En plus, il devrait y avoir de la pluie dans quelques jours. Espérons qu’on ne perdra pas ce que nous avons gagné jusqu’à présent », fait-il remarquer.

La neige au sol ne permet pas encore de filer sur les sentiers. Le réseau estrien est fermé. Les surfaceuses du club sont sorties les 3, 4, 7 et 11 janvier pour commencer le travail. Le fond des sentiers a pu geler.

Des motoneigistes impatients ont circulé quand même au cours des derniers jours. Mais il y a une part de danger, avertit M. Lachance.

Il n’y a pas encore assez de neige pour procéder convenablement au surfaçage, ni pour remplir les fossés. Les conditions ne sont pas respectées pour assurer la sécurité des motoneigistes, dit-il.

Pluie sur les radars

Notons qu’Environnement Canada prévoit du temps plus doux et même de la pluie dans les prochains jours en Estrie. Des températures davantage de saison sont prévues à partir de lundi prochain.

« Il y a des roches et des souches qui sortent du couvert de neige. C’est dangereux de circuler », commente-t-il.

« Il nous manque de 15 à 30 centimètres de neige pour pouvoir circuler. »

Dommage car le club s’attendait à connaître une grosse saison de motoneige, en raison de la pandémie actuelle. « Les gens ne voyagent pas cette année, alors on prévoyait vendre plus de cartes de membre. L’an dernier, on s’approchait du 1000. On pensait dépasser 1000 cette année », analyse-t-il.

« Si ça repart, on va dépasser les 1000 cartes, j’ai l’impression. Le réseau est prêt. Il ne manque que la neige. On n’y peut rien. C’est la météo. »

Marc Lachance indique par ailleurs qu’il manque le feu vert du Service de police de Sherbrooke pour l’ouverture des relais de motoneigistes en fonction des respects des normes de sécurité contre la COVID-19.