En rémission d’une greffe de rein, Olivier Couture assistera au match des étoiles de la LNH le 25 janvier à St.Louis grâce à la Fondation Rêves d’enfants.
En rémission d’une greffe de rein, Olivier Couture assistera au match des étoiles de la LNH le 25 janvier à St.Louis grâce à la Fondation Rêves d’enfants.

« La force de se dépasser » [VIDÉO]

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
David Perron ne sera pas le seul Sherbrookois au match des étoiles de la LNH, le 25 janvier, à St.Louis. Dans les gradins, Olivier Couture, 8 ans, et ses parents l’encourageront grâce à la Fondation Rêves d’enfants.

Le hockey est le sport préféré d’Olivier. Depuis qu’il a 2 ans, il joue dans son salon et dans la cour d’entrée de la maison familiale. Sa condition médicale et ses visites répétées à l’hôpital ne lui ont pas permis, jusqu’ici, de faire partie d’une équipe, mais dimanche, près de dix mois après avoir reçu sa greffe de rein, il participera l’entraînement avec une équipe de hockey deck.

« J’ai très hâte. J’aimerais beaucoup être gardien de but. On verra! Avant de jouer, je devrai mettre un plastron pour protéger mon nouveau rein », souligne le garçon, tout souriant. 

« Le médecin nous a donné sa permission pour le moment parce qu’il est petit. Quand il sera plus grand, il ne pourra pas jouer à cause des risques de coups. Il pourrait endommager le seul rein qu’il a », précise son père Michel Couture.

Le voyage à St.Louis représente une étape importante pour la famille d’Olivier. Le papa a besoin de quelques instants pour contenir ses émotions avant d’en témoigner.

« C’est la note finale après tout ce qu’on a vécu. De la naissance d’Olivier jusqu’à aujourd’hui en passant par toutes les opérations qu’il a dû subir et finalement sa transplantation de rein le 2 avril dernier. C’est le début d’une nouvelle vie », explique-t-il. 

« C’est aussi une belle reconnaissance pour nous, les parents, qui avons donné énormément de notre temps à apprendre et aussi appliquer des soins médicaux parfois complexes. On peut maintenant regarder vers l’avant tandis qu’avant, on vivait plus au jour le jour. Ce sera notre tout premier voyage en famille à plus de deux heures d’un hôpital. C’est très excitant! » explique la maman d’Olivier, Mireille Jacques.

« J’ai hâte. C’est rare. En fait, ça ne nous est jamais arrivé d’aller au match des étoiles », ajoute le gamin, qui a notamment hâte de voir sur la glace Shea Weber et Connor McDavid.

Les parents d’Olivier ont appris à 32 semaines de grossesse qu’il y avait un problème rénal avec leur bébé, mais ne savaient pas encore l’ampleur. Une semaine après la naissance, ils ont su que leur enfant aurait éventuellement besoin d’une greffe. Au début, le médecin pensait que la greffe devrait se faire à environ 18 mois. Finalement, Olivier avait 7 ans. Pendant ces sept années, le garçon a dû être gavé 14 heures par jour.

« Pour Olivier ce voyage représente tous les efforts et le courage dont il a dû faire preuve à travers les années pour passer au travers de la maladie. Ça va aussi lui donner le courage de continuer à bien prendre soin de son greffon, car il doit quand respecter plusieurs consignes pour sa sécurité », mentionne la maman. 

« Il ne faut jamais oublier qu’une transplantation de rein est le meilleur traitement à l’insuffisance rénale, mais ne la guérit pas. Alors Olivier aura toujours à faire attention à certains aspects de sa vie comme boire deux litres d’eau par jour et prendre ses médicaments à heures fixes. Et ce, toute sa vie », précise-t-elle.

Pendant son parcours, Olivier ne s’est jamais plaint. 

« Les joueurs de hockey ont un point en commun avec Olivier. Ils ont la force de se dépasser et d’aller au-delà de la douleur pour atteindre leur but », relate le papa.

Maintenant que la famille ne vit plus au jour le jour, elle peut faire des projets à plus long terme. Ainsi, les parents d’Olivier se marieront en septembre.

« On était supposés se marier après la naissance d’Olivier, mais finalement comme on ne pouvait rien prévoir d’avance, on a remis ça à plus tard », résume Michel.

L’avenir se dessine maintenant à plus long terme. Et même si Olivier ne sera jamais dans la LNH, il n’a rien à envier à la détermination des joueurs étoiles. Et il a déjà à 8 ans son lot de victoires.