Adèle Blais est l’artiste derrière l’installation de projections photographiques qui prendra vie au parc éphémère Espace Well Sud. Elle est accompagnée de l’agente de liaison à la CDEC Nathalie Croteau et de l’agent de revitalisation socioéconomique et conseiller aux entreprises pour la CDEC Danny Roy.

« C’est le temps de prendre le centre-ville d’assaut »

L’artiste Adèle Blais achève la mise en place de sa dernière création, une exposition de photos projetées qui s’animera à l’Espace Well Sud, le nouveau parc éphémère du centre-ville. Ce projet collaboratif s’inscrit dans la vision de spontanéité et d’inclusion de ce lieu, qui prend tranquillement vie grâce à la participation citoyenne.

« Le gros de l’œuvre, c’est pratiquement plus la collaboration qui se cache derrière, plutôt que ce qu’elle est », partage Adèle Blais. 

Le but de l’installation : permettre aux gens de capturer le centre-ville en images et de voir leurs clichés diffusés sur les murs du conteneur qui a récemment fait son arrivée à l’Espace Well Sud. Ce partage sera accessible à tous par le biais de l’application Instagram. 

« C’est moi qui ai eu cette idée, mais ça émerge de plusieurs rencontres que j’ai eues avec des gens du quartier qui sont présents depuis longtemps et qui veulent faire des projets, explique Adèle Blais. À tort, les citoyens pensent que c’est un secteur dangereux, que ce n’est pas beau. Pour faire le test, je me suis promenée sur la rue Alexandre une vingtaine de minutes et j’ai pris des photos. Il y a des petites trouvailles qui en sont ressorties. C’était vraiment magique et en l’espace de cinq minutes, les gens devenaient des mégas vedettes. S’il y avait 1000 citoyens qui prenaient le centre-ville en photo, peut-être qu’on pourrait redonner le quartier aux gens. » 

Pour le moment, l’artiste souhaite donner le champ libre aux auteurs de ces clichés, qui ne seront pas triés avant la diffusion. 

« On s’est dit qu’on pourrait peut-être juste faire confiance », affirme-t-elle. 

Les artistes, agents liants

La Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke (CDEC), qui a reçu le mandat de l’animation de l’Espace Well Sud, a favorisé la création de plusieurs liens entre l’artiste et des partenaires. Par exemple, c’est le centre en art actuel Sporobole qui prêtera le projecteur pour cette installation. 

« C’est un projet qui rejoint beaucoup l’identité de la Wellington Sud, l’identité de Sherbrooke de manière large aussi, qui veut travailler sur les perceptions et montrer qu’il y a de la beauté et de la diversité dans ce quartier-là », commente Danny Roy, agent de revitalisation socioéconomique et conseiller aux entreprises à la CDEC. 

« J’ai constaté que souvent, les gens ont beaucoup d’attentes envers la Ville et attendent d’avoir des invitations pour créer, dit Adèle Blais. Peut-être que c’est le temps de prendre le centre-ville d’assaut et de jouer avec lui, de lui redonner de l’amour. Les artistes peuvent vraiment être un liant. »

On raconte d’ailleurs que des citoyens ont manifesté leur intérêt de peindre en couleurs les lettres « Well Sud » installées à l’arrière du parc. Demande qui a été acceptée avec entrain. 

Dans les prochains jours, le reste du mobilier urbain, l’électricité et le wi-fi seront installés dans cet espace qui sera en place jusqu’au 12 octobre. « À partir de là on pourra passer à l’étape supérieure et voir les types de projets qu’il y aura ici », s’enthousiasme M. Roy. 

Rappelons que le parc éphémère, situé entre le 35 et le 61, rue Wellington Sud, est mis à la disposition de l’ensemble de la population par la Ville de Sherbrooke. L’Espace Well Sud s’insère dans le cadre du projet de revitalisation Quartier Well Sud piloté par la Ville de Sherbrooke. 

L’agente de liaison Nathalie Croteau, spécialement embauchée par la CDEC pour le projet du parc éphémère, est disponible pour répondre aux différents besoins de la population au sujet de l’espace au 819 563-1600 ou au info@espace-wellsud.com.