Le seul dépanneur station-service de Racine ne prend plus de risques. Il a fermé ses portes lundi dernier pour au moins une semaine, et probablement deux.
Le seul dépanneur station-service de Racine ne prend plus de risques. Il a fermé ses portes lundi dernier pour au moins une semaine, et probablement deux.

« Ça va bien à Racine », dit le maire

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Malgré deux décès survenus samedi à la résidence pour personnes âgées La Brunante et deux cas d’éclosion majeurs qui ont fait les manchettes à travers le Québec, la communauté de Racine en Estrie se porte bien selon son maire Christian Massé.

Rappelons qu’une fête avait contaminé une vingtaine de personnes au tout début de la pandémie et qu’un match de hockey le 29 février a infecté des dizaines de personnes selon les informations parues dans La Presse samedi.

À LIRE AUSSI: Deux décès à la résidence La Brunante à Racine

« Il faut faire attention, lance le maire lorsque questionné à savoir s’il est dangereux d’habiter à Racine en ce moment. Oui, il y a eu un party avec plusieurs personnes contaminées. Elles sont en confinement et elles le respectent. Pour la partie de hockey, de ce que j’ai vu, ce sont des résidents saisonniers qui ne restent pas à Racine nécessairement. Il faut donc faire attention avec le nombre de cas à Racine. Les gens sont confinés et il n’y a pas de problèmes en ce moment. »

« Les deux éclosions sont arrivées avant le confinement, mais depuis ce temps il n’y en a pas eu, ajoute-t-il. On verra ce qui va arriver, mais les gens devraient guérir et il ne devrait plus y avoir de cas à Racine. Je remercie les citoyens qui font très attention et qui respectent le confinement. Je l’apprécie beaucoup. »

La situation est loin d’être idéale à la résidence pour aînés La Brunante avec deux décès et six cas confirmés d’infection à la COVID-19, mais les résidents gardent le moral selon le président Gaston Michaud.

« Les gens sont tenus au courant de ce qui se passe tous les matins, résume-t-il. Je leur envoie une feuille chaque matin qui les tient au courant de l’ensemble de la situation. Il y a de l’inquiétude, mais c’est sous contrôle. On n’a pas eu de sentiment de panique. »