Une médaille d’or très satisfaisante pour Marie-Camille Théorêt

Marie-Camille Théorêt et le Canada ont remporté l’or en battant le Japon 5-0 en finale du hockey féminin.

Après avoir remporté la médaille d’argent en hockey féminin lors des Jeux mondiaux universitaires (Universiades) en 2019 en Russie, la Magogoise Marie-Camille Théorêt a ajouté la médaille d’or, la fin de semaine dernière à Lake Placid, alors qu’elle a aidé le Canada a remporté le tournoi de hockey féminin.


Samedi soir, le Canada a facilement battu le Japon par la marque de 5-0, mettant ainsi la main sur l’or.

L’équipe féminine canadienne a été dominante, lors de ce tournoi. Elle a battu la Slovaquie 4-0, la République tchèque par 5-1, le Japon par 6-1, la Grande-Bretagne, par 14-0 et surtout, les États-Unis, lors du dernier match de la ronde préliminaire, par la marque de 2-1.

Les Canadiennes ont facilement pris la mesure de la Slovaquie par 6-1 en demi-finale, avant de battre le Japon.

Marie-Camille Théorêt, qui évolue à la défensive, a terminé son tournoi avec une production de trois buts et deux passes.

Seulement deux joueuses, dont Théorêt, ont participé aux éditions 2019 et 2023 des Universiades avec l’équipe canadienne de hockey.

«L’expérience a été très différente, cette fois. En 2019, on était à l’autre bout du monde, alors qu’à Lake Placid, c’était à deux ou trois heures de voiture. C’était un peu moins dépaysant. En 2019, j’ai commencé le tournoi alors que j’étais blessée, alors je n’ai pas joué tous les matchs. J’étais aussi l’une des plus jeunes joueuses de l’équipe. On était alors deux filles à jouer au niveau collégial. Cette fois, j’ai pu jouer tous les matchs. Je n’ai pas eu de lettre sur mon chandail, mais j’ai fait preuve de leadership d’une autre manière, à ma façon», a dit celle qui évolue avec les Gaiters de l’Université Bishop’s.

«On savait qu’on avait une très bonne équipe. On allait à Lake Placid pour tout gagner, et on a été en contrôle pendant tout le tournoi. On avait beaucoup d’expérience au sein de l’équipe, plusieurs joueuses avaient déjà porté les couleurs du Canada à d’autres moments. Il ne manquait pas de leadership dans notre équipe.»

Le match du tournoi pour le Canada fut assurément son duel face aux Américaines, lors du dernier match du tournoi à la ronde.

Un match disputé en terrain hostile, devant une foule partisane, et une victoire qui a éliminé les Américaines sur la glace de Lake Placid.

«C’était un match sans lendemain pour elles ; la place était remplie. Ça chantait fort les “Go USA”!. Ce fut le meilleur match du tournoi et c’est là qu’on a eu l’adversité pendant le tournoi. Ce ne fut pas un match facile. On a joué un bon match, et notre gardienne a été vraiment solide. Ça s’est passé là, pour la médaille d’or», a dit Marie-Camille.

«Oui, il a fallu gagner le match pour l’or ; ce n’était pas gagné à l’avance. Tous les pays sortent leur meilleur jeu, contre le Canada. Il faut toujours avoir des standards élevés pour nous-mêmes.»

«Je suis contente de ma production, avec trois buts et deux passes. Nos entraîneurs nous laissaient aller, jouer notre style de jeu. J’ai senti cette liberté, et je l’ai prise. Marquer un premier but dans l’uniforme du Canada, c’est quand même quelque chose. C’est un aboutissement de plein de trucs. Je suis très satisfaite de mon tournoi.»

Marie-Camille Théorêt était l’une des deux joueuses canadiennes à avoir également participé aux Universiades, en 2019. Le Canada avait alors remporté la médaille d’argent.

Marie-Camille Théorêt était la première joueuse du tout jeune programme de hockey féminin de l’Université Bishop’s à participer aux Universiades.

«J’ai senti l’appui de toute l’organisation et de l’institution pendant tout le tournoi. Je suis persuadée qu’il va y avoir d’autres filles des Gaiters à jouer aux Universiades. Je commence à prendre conscience de ce rôle de modèle ; j’espère que mon parcours pourra inspirer d’autres filles à vouloir jouer dans ce tournoi.»

Comme la majorité des jeunes filles qui jouent au hockey, Marie-Camille Théorêt rêvait de représenter son pays aux Jeux olympiques. Elle aura finalement réussi à porter les couleurs du Canada, mais au sein d’une autre compétition.

«J’ai un peu laissé de côté ce rêve, au fil des ans. Mon but était de jouer au niveau universitaire, et peut-être chez les pros, un jour. Jouer pour le Canada, c’était un peu dans l’angle mort. Marquer un but, gagner la médaille d’or, c’est comme un aboutissement de tous les efforts faits depuis longtemps. Je suis fière de tout ça, et je vais m’en rappeler toute ma vie!», a-t-elle expliqué.

Un court moment pour célébrer

Marie-Camille Théorêt n’a pas célébré sa médaille d’or trop longtemps.

Après des célébrations de circonstances, samedi soir à Lake Placid, elle a repris la route, afin de participer au match des Gaiters, dimanche face à McGill. Elle a amassé une aide.

En 15 matchs avec Bishop’s, Théorêt a amassé 12 points, dont trois buts.

«Il me reste une saison à disputer avec les Gaiters. L’objectif, c’est de se qualifier pour les séries éliminatoires, on est au cœur de la course. De mon côté, en fonction des offres chez les pros, je vais évaluer mes options pour le futur», a-t-elle analysé.