La Tribune
Louis-Albert Corriveau-Jolin court dans la catégorie T2, c’est-à-dire sur un tricycle et dans une catégorie où les athlètes ont moins de limitations au niveau de l’équilibre par rapport à la catégorie T1.
Louis-Albert Corriveau-Jolin court dans la catégorie T2, c’est-à-dire sur un tricycle et dans une catégorie où les athlètes ont moins de limitations au niveau de l’équilibre par rapport à la catégorie T1.

Le rêve paralympique de Corriveau-Jolin

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Heurté par une voiture alors qu’il était adolescent, Louis-Albert Corriveau-Jolin a dû délaisser son sport préféré, le hockey. C’est maintenant sur trois roues plutôt que sur deux lames que l’athlète de Sainte-Claire-de-Bellechasse rêve désormais aux Jeux paralympiques de Paris, en 2024, après deux participations aux Jeux parapanaméricains en paracyclisme.