La Tribune
Mickaël Bergeron
La Tribune
Mickaël Bergeron
Encore aujourd’hui, il y a une forte tendance à blâmer les victimes lorsqu’elles dénoncent leur agresseur, comme si elles étaient responsables de l’agression sexuelle qu’elles ont subie.
Encore aujourd’hui, il y a une forte tendance à blâmer les victimes lorsqu’elles dénoncent leur agresseur, comme si elles étaient responsables de l’agression sexuelle qu’elles ont subie.

Les «briseuses de carrière»

CHRONIQUE / «Bravo à ceux et celles qui détruisent les carrières», pouvait-on lire dans un commentaire réagissant aux dénonciations envers Philippe Bond. Le mythe voulant que la dénonciation serve juste à faire mal est tenace.
Pour consulter l’article complet, connectez-vous.
Abonnez-vous pour un accès illimité à tous nos contenus.
Je veux m’abonner!