La Tribune
Après quatre ans de démarches plurielles, la Sherbrookoise Isabelle Simpson a enfin obtenu la reconnaissance qu’en raison de son trouble de stress post-traumautique lié à une agression et à des années d’exploitation sexuelle, elle a des contraintes sévères à l’emploi. Elle pourra enfin avoir un revenu stable pour vivre et se concentrer sur sa guérison.
Après quatre ans de démarches plurielles, la Sherbrookoise Isabelle Simpson a enfin obtenu la reconnaissance qu’en raison de son trouble de stress post-traumautique lié à une agression et à des années d’exploitation sexuelle, elle a des contraintes sévères à l’emploi. Elle pourra enfin avoir un revenu stable pour vivre et se concentrer sur sa guérison.

Enfin la lumière pour une survivante de l’exploitation sexuelle

Karine Tremblay
Karine Tremblay
La Tribune
Lorsqu’elle a ouvert la lettre de révision de son dossier émise par le ministère du Travail, en mai dernier, Isabelle Simpson a pleuré. Beaucoup. Et longtemps.