Chronique|

40 bougies pour le Vignoble de l’Orpailleur

Le vigneron copropriétaire Charles-Henri De Coussergues et sa famille au cœur des vignes du Vignoble de L’Orpailleur qui célèbre ses 40 ans cette année et marque un tournant important de son histoire avec l’acquisition du vignoble et verger Union Libre, son voisin à Dunham.

CHRONIQUE / Pionnier de l’industrie vinicole du Québec et premier vignoble québécois à vendre son vin à la SAQ, le Vignoble de l’Orpailleur célèbre ses 40 ans cette année. Félicitations à ses quatre fondateurs passionnés, Hervé Durand, Frank Furtado, Pierre Rodrigue et le vigneron Charles-Henri de Coussergues. Ils sont toujours liés dans cette belle aventure humaine et n’ont jamais cessé de croire au potentiel et à l’avenir de la viticulture du Québec.  


En 1982, les préoccupations techniques étaient surtout reliées au climat : comment faire pousser des vignes sous la neige? Enterrer les vignes en hiver pour les déterrer au printemps fut la première solution. Aux yeux de notre grand poète Gilles Vigneault, cela faisait d’eux des chercheurs d’or qui sortent de terre de précieuses pépites. Une image qui l’inspira à leur proposer le nom du Vignoble de L’Orpailleur. « Depuis le vignoble de Dunham jusqu’à votre verre… il est authentiquement d’ici », avait-il commenté en dégustant une de leurs premières cuvées, en 1984.

Quarante ans plus tard, le vignoble marque un tournant important de son histoire avec l’acquisition du vignoble et verger Union Libre, son voisin d’en face, à Dunham. 

« Union Libre est déjà marqué par son histoire; nous allons poursuivre le travail réalisé jusqu’ici, c’est-à-dire préserver son terroir, y développer la production de vins de qualité, aux expressions uniques. La viticulture du Québec est encore toute jeune et en plein développement; plusieurs vignobles s’agrandissent, tandis que d’autres vont naître. L’Orpailleur s’inscrit dans ce mouvement en apportant son expérience à Union Libre. L’Orpailleur vit! » lance Charles-Henri De Coussergues, vigneron copropriétaire de l’Orpailleur.

  • L’Orpailleur Cuvée Natashquan 2020 
  • 24,70 $ • 14803517 • 12,5 % • 3,3 g/l  

C’est la cuvée d’exception du vignoble de l’Orpailleur, le fruit d’un long labeur visant à bien comprendre notre terroir et la preuve que l’on peut produire un excellent chardonnay au Québec. Ici assemblé avec du vidal, il reste quelques bouteilles du millésime 2020 disponible à la SAQ en ligne. Pour souligner ce 40e anniversaire, une autre cuvée unique a été produite, soit un vin pétillant rosé à base de muscat, le Frisant, rafraîchissant aux notes de fraise des champs, pour un apéro d’été léger en alcool. Ce dernier issu d’un lot de seulement 2600 bouteilles est vendu exclusivement au vignoble qui demeure un incontournable à visiter sur la Route des Vins de Brome-Missisquoi. 

Aussi pionnier de l’œnotourisme, l ’Orpailleur accueille des visiteurs depuis 1985 pour leur faire découvrir le travail de l’artisan vigneron en climat nordique. En plus de la boutique, vous y trouverez l’Économusée du vigneron et le restaurant Le Tire-Bouchon. De quoi passer un excellent moment!

  • Union Libre UL 2021  
  • 17,95 $ • 14378135 • 12,5 % • 1,4 g/l

Situé juste en face de l’Orpailleur à Dunham, Union Libre produit une grande diversité de vins et de cidres, dont le cidre de feu, un autre produit unique du Québec. Son rosé est vinifié avec du seyval noir et du sainte-croix, deux cépages hybrides qui s’expriment en complémentarité sur des notes de petits fruits sauvages et de pamplemousse, en toute simplicité et en fraîcheur.  

  • Patrick Piuze Bourgogne Chardonnay 2020
  • 23,95 $ • 14853741 • 12 % • 1,6 g/l

Si vous êtes comme moi, déjà conquis par les cuvées effervescentes de Piuze, un Québécois basé à Chablis, vous serez comblés par ce chardonnay ample, d’une texture et d’une balance exemplaire. Un vrai cadeau à ce prix-là, merci Patrick.

  • Weinreich Heiter Bis Wolkig Natural Rheinhessen 2020
  • 28,35 $ • 14887600 • 11,5 % • 1,2 g/l • Bio, nature    

Voilà un vin surprenant et absolument fantastique pour se dépayser les papilles. Un rouge de soif léger et très distinctif, car il présente d’abord des arômes de sauge sauvage et ensuite des saveurs qui rappellent le houblon. À l’aveugle, on pourrait même penser qu’on boit une bière saison. Le vin est produit en partie avec du dornfelder, un raisin allemand d’une peau noire très foncée, doté d’une vivacité remarquable et qui propose des notes de violette et de cassis. La robe est pourtant claire, car il est assemblé avec du kerner, un raisin blanc hybride, racé et salin, issu d’un croisement entre le riesling et le trollinger, qui est aussi un cépage rouge. Beau tableau.  

  • The Other Wine Co. Grenache 2020  
  • 27,25 $ • 13879350 • 13,5 % • 1,3 g/l  

On termine avec une cuvée plus classique, mais extrêmement bien réalisée au vignoble de Shaw + Smith de la superbe région d’Adelaide Hills en Australie. Pour la petite histoire, les raisins proviennent de McLaren Vale, une région plus au sud, où le grenache excelle. Les vignes, qui ont une moyenne de 45 ans, sont plus vieilles que le vigneron Matt Large, sensible, précis et intuitif, qui produit aussi ses propres vins et qui a entre autres vinifié dans le Piémont, avant de rejoindre l’équipe de Shaw + Smith.

Pour des suggestions quotidiennes de vins, suivez-moi sur Instagram @nrartdevivre ou sur mon site natalierichard.com