La Tribune
Réjean Hébert
Collaboration spéciale
Réjean Hébert
Le gouvernement Legault souhaitait introduire une taxe pour les non-vaccinés afin de leur faire assumer les coûts de l’utilisation additionnelle des services de santé. Il a reculé, mais il est important de préciser pourquoi cette taxe était une bien mauvaise idée. Si cette taxe répondait à la frustration des Québécois vaccinés, elle aurait d’abord été sans effet pour convaincre une minorité irréductible.
Le gouvernement Legault souhaitait introduire une taxe pour les non-vaccinés afin de leur faire assumer les coûts de l’utilisation additionnelle des services de santé. Il a reculé, mais il est important de préciser pourquoi cette taxe était une bien mauvaise idée. Si cette taxe répondait à la frustration des Québécois vaccinés, elle aurait d’abord été sans effet pour convaincre une minorité irréductible.

Taxer les non-vaccinés: le jeu n’en valait vraiment pas la chandelle

Le gouvernement Legault souhaitait introduire une taxe pour les non-vaccinés afin de leur faire assumer les coûts de l’utilisation additionnelle des services de santé. Il a reculé, mais il est important de préciser pourquoi cette taxe était une bien mauvaise idée. Si cette taxe répondait à la frustration des Québécois vaccinés, elle aurait d’abord été sans effet pour convaincre une minorité irréductible. Son apport au financement des services de santé aurait été négligeable. Elle risquait surtout d’ébranler les principes de base de notre système de soins et de violer la confidentialité des données de santé.