La Tribune
Simon Roberge - Gamer
La Tribune
Simon Roberge - Gamer
De mon expérience, il est beaucoup plus facile de perdre contact avec la réalité en jouant à des jeux massivement multijoueurs comme <em>World of Warcraft</em> ou des jeux de tirs en ligne à la <em>Fortnite</em>, qu’en jouant à des jeux en solo comme <em>Uncharted</em> et <em>Zelda</em>.
De mon expérience, il est beaucoup plus facile de perdre contact avec la réalité en jouant à des jeux massivement multijoueurs comme <em>World of Warcraft</em> ou des jeux de tirs en ligne à la <em>Fortnite</em>, qu’en jouant à des jeux en solo comme <em>Uncharted</em> et <em>Zelda</em>.

Une mince ligne entre plaisir et dépendance

CHRONIQUE / Il m’est arrivé une seule fois dans ma vie d’arrêter de jouer à un jeu parce que je n’aimais pas la façon dont j’étais devenu accro. Je jouais à Hearthstone plusieurs heures par jour, mais ça m’empêchait de jouer à d’autres jeux et surtout plus tu t’investis, plus les victoires te rendent euphorique et plus les défaites te rendent agressif. C’est aussi le genre de jeu où tu dois sans cesse mettre la main dans ton portefeuilles si tu veux être vraiment compétitif et j’avais atteint la limite de ce qu’il était possible de faire sans payer. Bref, un jour j’ai juste tiré la plug et je n’y ai pas retouché depuis.