La Tribune
Serge Denis
La Tribune
Serge Denis
François Legault semble avoir trouvé le point de rencontre avec les Québécois, qui sont généralement favorables à un certain nationalisme sans être massivement souverainistes ou fédéralistes. Ça a profité au Parti libéral dans le passé. Maintenant, c’est M. Legault qui représente le mieux cette ambivalence, observe la professeure Catherine Côté.  
François Legault semble avoir trouvé le point de rencontre avec les Québécois, qui sont généralement favorables à un certain nationalisme sans être massivement souverainistes ou fédéralistes. Ça a profité au Parti libéral dans le passé. Maintenant, c’est M. Legault qui représente le mieux cette ambivalence, observe la professeure Catherine Côté.  

Quel est le secret de François Legault ?

La popularité de François Legault ne faiblit pas plus de deux ans près son élection au poste de premier ministre du Québec, à la tête d’un parti qu’il avait lui-même créé à peine huit ans auparavant. Malgré un charisme limité, malgré plusieurs ratés dans la gestion de la crise sanitaire, malgré l’imposition de mesures de confinement sévères et inédites, les sondages ne laissent que des miettes aux partis d’opposition. Quelle est la recette de cette popularité qui se maintient bien au-delà de la lune de miel habituelle? La confiance, répond spontanément Catherine Côté, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et spécialiste notamment des questions de comportement politique et d’opinion publique. Cette confiance, François Legault l’inspire par sa propre vulnérabilité. « Il se présente devant la population en reconnaissant qu’il peut se tromper et qu’il est disposé à corriger le tir si c’est le cas », remarque Catherine Côté.