La Tribune
Le producteur porcin Sébastien Pagé a dû négocier durant trois jours avec la Santé publique de l’Estrie pour ne pas que l’entièreté de ses travailleurs soit envoyée en quarantaine. Il était hors de question de laisser ses 3200 truies à elles-mêmes.
Le producteur porcin Sébastien Pagé a dû négocier durant trois jours avec la Santé publique de l’Estrie pour ne pas que l’entièreté de ses travailleurs soit envoyée en quarantaine. Il était hors de question de laisser ses 3200 truies à elles-mêmes.

Éclosion de COVID-19 : ne ferme pas une porcherie qui veut

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
Initiative de journalisme local - La Tribune
Le mois dernier, c’est la totalité des travailleurs de la ferme Équiporc, à Saint-Camille, qui a été infectée par la COVID-19. Pour le propriétaire Sébastien Pagé, qui a également contracté la maladie, le plus grand défi n’a pas été de vivre avec le virus, mais plutôt de convaincre la Santé publique qu’arrêter ses activités n’est pas une option lorsqu’on a 3200 truies sous sa garde.