La Tribune
Marie-Michèle Whitlock du CALACS souhaite que le gouvernement puisse contribuer financièrement à long terme à des programmes pour aider les femmes victimes de la prostitution de façon générale, non pas pour un temps donné avec une mission spécifique.
Marie-Michèle Whitlock du CALACS souhaite que le gouvernement puisse contribuer financièrement à long terme à des programmes pour aider les femmes victimes de la prostitution de façon générale, non pas pour un temps donné avec une mission spécifique.

Fin des travaux de la Commission sur l’exploitation sexuelle : le CALACS veut un financement stable

Sherbrooke — « Les attentes dans le milieu sont très grandes. »