La Tribune
«Le projet de loi 18 est né du désir de protéger des personnes majeures qui ont des difficultés sans les déclarer inaptes ou incapables pour autant. Il s’inspire de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées. Il a été présenté par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, le 10 avril 2019 et il a été accueilli favorablement par la plupart des personnes et des groupes qui ont été consultés0», écrit Me Christine Morin, professeure à la Faculté de droit de l’Université Laval.
«Le projet de loi 18 est né du désir de protéger des personnes majeures qui ont des difficultés sans les déclarer inaptes ou incapables pour autant. Il s’inspire de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées. Il a été présenté par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, le 10 avril 2019 et il a été accueilli favorablement par la plupart des personnes et des groupes qui ont été consultés0», écrit Me Christine Morin, professeure à la Faculté de droit de l’Université Laval.

L’adoption du projet de loi 18: un début de bonne nouvelle, notamment pour les proches aidants

Me Christine Morin
Me Christine Morin
Professeure à la Faculté de droit de l’Université Laval
POINT DE VUE / En cette période de pandémie, toutes les bonnes nouvelles sont les bienvenues. L’adoption de la Loi modifiant le Code civil, le Code de procédure civile, la Loi sur le curateur public et diverses dispositions en matière de protection des personnes (projet de loi 18) à l’unanimité le 2 juin fait partie de ces bonnes nouvelles, notamment pour certaines personnes âgées, pour les personnes ayant une déficience intellectuelle et pour les proches aidants. Malheureusement, on en a peu entendu parler.