La Tribune
Sherbrooke a maintenant son université populaire, l’UPOPS. Une première session est prévue du 2 au 30 mai. Ci-dessus, les instigatrices et les participantes au projet : Émilie Fontaine du Boq, Vanessa Cournoyer-Cyr, membre du comité organisateur, Karine Prémont, professeure à l’UdeS et à l’UPOPS, Sondès Allal, initiatrice du projet, Sonia Bolduc, membre du comité organisateur, et Véronique Grenier, professeure de philosophie au Cégep de Sherbrooke.
Sherbrooke a maintenant son université populaire, l’UPOPS. Une première session est prévue du 2 au 30 mai. Ci-dessus, les instigatrices et les participantes au projet : Émilie Fontaine du Boq, Vanessa Cournoyer-Cyr, membre du comité organisateur, Karine Prémont, professeure à l’UdeS et à l’UPOPS, Sondès Allal, initiatrice du projet, Sonia Bolduc, membre du comité organisateur, et Véronique Grenier, professeure de philosophie au Cégep de Sherbrooke.

L’Université populaire de Sherbrooke : comme à l’école bière à la main

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Aller à l’école… sur les bancs d’un bar ou d’un café, sans devoirs ni travaux. Juste pour le plaisir d’apprendre. L’image a tout pour plaire. C’est ce que propose l’Université populaire de Sherbrooke (UPOPS), tout le mois de mai à Sherbrooke.