La Tribune
Les étudiants de troisième cycle de l’Université de Sherbrooke se tournent de façon importante auprès de la protectrice des étudiantes et des étudiants Soucila Badaroudine, que l’Université vient de désigner à titre d’ombudsman pour un mandat de cinq ans.
Les étudiants de troisième cycle de l’Université de Sherbrooke se tournent de façon importante auprès de la protectrice des étudiantes et des étudiants Soucila Badaroudine, que l’Université vient de désigner à titre d’ombudsman pour un mandat de cinq ans.

Plaintes à l'ombudsman de l'UdeS : un 3e cycle plus difficile

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Les étudiants de troisième cycle de l’Université de Sherbrooke se tournent de façon importante auprès de la protectrice des étudiantes et des étudiants de l’institution (devenue l’ombudsman), si bien que le nombre élevé de demandes d’assistance préoccupe l’institution. C’est ce que révèle le rapport annuel 2016-2017 de la protectrice des étudiants de l’UdeS. Les motifs? Principalement la qualité de l’encadrement et de la direction de la recherche. Les étudiants internationaux doivent dans certains cas faire face à des « obstacles d’ordre systémique ».