La Tribune
C'est au Sherbrookois Sébastien Pesot qu'on a confié la responsabilité de l'oeuvre publique suivant la rénovation du hall du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke. Mal Floral 1.2 vient ainsi ajouter à la luminosité de l'espace.
C'est au Sherbrookois Sébastien Pesot qu'on a confié la responsabilité de l'oeuvre publique suivant la rénovation du hall du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke. Mal Floral 1.2 vient ainsi ajouter à la luminosité de l'espace.

L'étrange luminosité florale de Pesot

Sonia Bolduc
Sonia Bolduc
La Tribune
La prochaine saison s'annonce lumineuse au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke, sur scène comme en galerie. Même le hall n'y échappera pas. Sébastien Pesot y a veillé, en proposant une déconstruction plus grande que nature de l'un des éléments les plus communs du monde végétal. On se contentera de vous dire que c'est une fleur, pour vous laisser tout le plaisir de la recherche et de la découverte.