La Tribune
«Je me sentais triste, mais aussi en colère. Tu te demandes pourquoi des choses comme ça arrivent», a réagi le chocolatier Alain Vanden Eynden, mardi, en prenant connaissance de l'ampleur des attentats commis à Bruxelles.
«Je me sentais triste, mais aussi en colère. Tu te demandes pourquoi des choses comme ça arrivent», a réagi le chocolatier Alain Vanden Eynden, mardi, en prenant connaissance de l'ampleur des attentats commis à Bruxelles.

Tristesse et colère pour un couple belge de Magog

Jean-François Gagnon
Jean-François Gagnon
La Tribune
Bien qu'ils habitent tous les deux au Québec depuis plus de 30 ans, les Belges d'origine Danielle Lalous et Alain Vanden Eynden ont ressenti de vives émotions lorsqu'ils ont appris que des attentats avaient fait des dizaines de victimes à Bruxelles mardi.