La Tribune
Véronique a accepté de parler de son trouble de comportement alimentaire, mais a choisi de le faire anonymement. Parce que c'est difficile, mais aussi parce que ce type de trouble n'a pas de visage. Il peut toucher tout le monde.
Véronique a accepté de parler de son trouble de comportement alimentaire, mais a choisi de le faire anonymement. Parce que c'est difficile, mais aussi parce que ce type de trouble n'a pas de visage. Il peut toucher tout le monde.

Troubles alimentaires : «Je me suis promis de ne pas m'abandonner»

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
En janvier 2013, Véronique s'est retrouvée au pas de la porte d'Arrimage Estrie. « Il y a trois ans, je mourais de l'intérieur. J'arrivais à peine à me tenir debout. L'escalier devant moi me semblait interminable et me donnait le vertige. C'était une soirée froide d'hiver et mon coeur tremblait. Je me souviens avoir fait plusieurs allers-retours sur cette partie de la rue Wellington, me demandant si j'allais finalement entrer. À ce moment de ma vie, marcher était pénible. À chaque pas, j'avais l'impression de tomber par en dedans. Je ne savais pas ce qui m'attendait en haut de cet escalier, je savais encore moins tout ce qu'Arrimage Estrie allait m'apporter. »