La Tribune
En Estrie, René Angélil laisse le souvenir d'un imprésario hors du commun. «Il savait ce qu'il voulait pour Céline Dion», témoigne l'ancien directeur du Centre culturel de l'UdeS, Jacques Labrecque.
En Estrie, René Angélil laisse le souvenir d'un imprésario hors du commun. «Il savait ce qu'il voulait pour Céline Dion», témoigne l'ancien directeur du Centre culturel de l'UdeS, Jacques Labrecque.

René Angelil «obtenait le meilleur des gens qui l'entouraient»

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
« René Angelil était un gars hyper sympathique, mais aussi très exigeant. »