La Tribune
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
À Sarajevo, une grande amitié m'attendait au coin d'une rue.
À Sarajevo, une grande amitié m'attendait au coin d'une rue.

Chronique d'une amitié spontanée

Cher voyageur, chère voyageuse,Je sais que j'ai l'air vite en affaires un brin, mais j'ai envie de te dire que «je t'aime», comme ça, même si on s'est rencontrés y'a une heure, une journée, ou une minute des fois. J'ai mis des guillemets à «je t'aime», tu comprendras pourquoi.