La Tribune
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a soutenu hier que sa position n'est pas une « porte ouverte » à la partition. « Nous avons prouvé que nous étions en mesure de nous entendre, de négocier de nation à nation, a noté le chef péquiste. Des résultats tangibles ont été produits. » Il a évoqué la Convention de la Baie James et le traité de la Paix des Braves.
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a soutenu hier que sa position n'est pas une « porte ouverte » à la partition. « Nous avons prouvé que nous étions en mesure de nous entendre, de négocier de nation à nation, a noté le chef péquiste. Des résultats tangibles ont été produits. » Il a évoqué la Convention de la Baie James et le traité de la Paix des Braves.

Partition du Québec : PKP fait volte-face

Simon Boivin
Simon Boivin
Le Soleil
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a dû corriger le tir, dimanche, après s'être montré ouvert à négocier la cession de portions du territoire québécois.