La Tribune
Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny se dit préoccupé par les sommes que les municipalités perdent en « taxe de Bienvenue » quand les bâtiments ne changent pas de main, mais que les actions d'une compagnie sont vendues.
Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny se dit préoccupé par les sommes que les municipalités perdent en « taxe de Bienvenue » quand les bâtiments ne changent pas de main, mais que les actions d'une compagnie sont vendues.

Sévigny préoccupé par la «taxe de Bienvenue»

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny se dit préoccupé par les sommes que les municipalités perdent en « taxe de Bienvenue » quand les bâtiments ne changent pas de main, mais que les actions d'une compagnie sont vendues. M. Sévigny est toutefois bien au fait de cette pratique qui est tout à fait légale.