La Tribune
Avant de grimper le Pain de sucre, à Rio de Janeiro, il fallait passer par le processus d'obtention d'un visa.
Avant de grimper le Pain de sucre, à Rio de Janeiro, il fallait passer par le processus d'obtention d'un visa.

Parce qu'il faut un visa

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Il y a les langues étrangères, que je ne maîtrise jamais suffisamment. Il y a ma tête de Blanc aux cheveux bruns qui détonne dans des foules aux teints plus foncés ou plus pâles. Il y a tous ces peuples qui perçoivent les touristes comme des guichets automatiques ambulants. Il y a toutes ces tentatives de nous soutirer le moindre sou pour les plus ridicules broutilles.