La Tribune
Depuis peu, les familles et les amis des gens hébergés dans les quatre CHSLD du CSSS-IUGS peuvent écrire des courriels aux personnes âgées. Ici, la bénévole Aline Coutu fait la lecture d'un courriel de sa fille à Aurore Masson, une dame très heureuse et émue aux larmes d'avoir des nouvelles de sa famille.
Depuis peu, les familles et les amis des gens hébergés dans les quatre CHSLD du CSSS-IUGS peuvent écrire des courriels aux personnes âgées. Ici, la bénévole Aline Coutu fait la lecture d'un courriel de sa fille à Aurore Masson, une dame très heureuse et émue aux larmes d'avoir des nouvelles de sa famille.

Les courriels les plus précieux du monde

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Aurore Masson est aphasique. Les mots ne quittent plus sa bouche avec la même aisance qu'avant. Aujourd'hui, seuls quelques sons et quelques mots parviennent à franchir la barrière dressée par la maladie. Parmi ces mots qui trouvent toujours leur place, on retrouve Jean-Philippe, Arnaud et Jérôme. Il y a de ces mots qui sortent clairement, presque aussi clairement qu'aux beaux jours où la santé de Mme Masson n'avait pas encore failli. Quand on lui parle d'Arnaud et de Jérôme, ses yeux se remplissent alors de larmes. Des larmes de joie d'entendre des histoires à propos de ces petits-fils tant chéris.